jeudi, octobre 05, 2017

Cambodge - Gouvernement : Les salaires du textile passent à 170$ mensuels

La Commission du Conseil du travail - Labor Council Commission -  a finalement pris la décision, après deux semaines de négociations de passer le salaire des travailleurs de 153 $ à 165 $ avec effet à partir de janvier 2018. Les discussions avaient commencé le 25 septembre 2017 alors que les syndicats de travailleurs demandaient un salaire minimum de 176,25 $ mensuels. 

Les salaires du textile passent à 170$ mensuels. Photographie ILO (cc)
L'accord a été conclu jeudi soir lors d'une réunion dirigée par Ith Samheng, ministre du Travail et de la Formation professionnelle, avec des représentants du gouvernement, des propriétaires d'usines et des employeurs. Le Premier ministre Hun Sen a toutefois décidé qu'il serait ajouté  cinq dollars de plus, ce qui porte le salaire à 170 dollars en 2018, soit une augmentation de 17 dollars par rapport à 2017. La commission a également annoncé que le salaire minimum mensuel des travailleurs du textile devrait être revu à la hausse chaque année.

L'industrie textile du Cambodge fournit des grandes marques comme Nike, H&M, Inditex ou Gap, et les ateliers- usines sont souvent dirigées par des Chinois, qui se sont trouvés contraints à délocaliser leur production du fait de la hausse des salaires dans leur pays d’origine. Conséquence de cette délocalisation progressive, le secteur textile a littéralement explosé en quelques années au Cambodge. Il représente aujourd’hui environ un tiers du PNB du pays, et plus de 80% de ses exportations. Sur les 600 000 ouvrières du textile au Cambodge, il est estimé qu'au au moins 400 000 travaillent pour des fournisseurs de grandes marques occidentales. 

La Commission du Conseil du travail - Labor Council Commission -  a finalement pris la décision, après deux semaines de négociations de passer le salaire des travailleurs de 153 $ à 165 $ 
Le Cambodge compte environ 370 usines de confection; d'installation récente, plus de 150 installations ces deux dernières années, et appartenant en majorité à des investisseurs chinois. Les raisons de cette progression sensible du secteur viennent principalement de la compétitivité du Cambodge qui pratique une politique salariale plancher, loin des ouvriers chinois ou thaïlandais qui touchent un salaire trois fois supérieur aux ouvriers cambodgiens... Sujet de mécontentement ayant donné lieu à  de violentes émeutes  en 2013, la question des salaires a semblé s'orienter vers une solution progressive ces deux dernières années, mais qui ne permettra probablement pas de voir la condition des ouvriers progresser de façon spectaculaire. En effet, avec l'émergence birmane et l'arrivée du Bangladesh sur le marché, le Cambodge risque très rapidement de se trouver en concurrence sur son atout maître : les coûts de production. Et la loi du marché risque, malheureusement un jour, de jouer sur l'évolution du salaire des ouvrières de ce secteur.

L'autre avantage du Cambodge est aussi, pour l'instant, qu'il n'est pas soumis aux quotas d'importation à l'entrée pour les pays de l'Union Européenne et bénéficie d'autres facilités pour ses exports vers les USA. Les usines textiles du Cambodge alimentent le marché américain, sur la base d’un accord commercial préférentiel entre les deux pays. Ce qui explique que les marques françaises de prêt-à-porter et de grande distribution y soient moins présentes qu’au Bangladesh par exemple. L’« accord bilatéral sur le commerce textile » (bilateral textile trade agreement) entre le Cambodge et les États-Unis exonère les produits textiles cambodgiens de certains droits de douane en échange de la mise en place d’un programme d’amélioration des conditions de travail dans les usines. 


Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire