mercredi, septembre 27, 2017

Cambodge - USA : Hun Sen demande aux USA de venir chercher leurs bombes chimiques...

Alors qu'il rendait visite aux ouvriers de l'usine textile de Chak Angrè Leu, à Phnom Penh, le premier ministre Hun Sèn a, dans son discours, fustigé une nouvelle fois les USA, cette fois-ci à propos des bombes chimiques découvertes dans une école primaire et une pagode dans le district de Romeas Hek, province de Svay Rieng. Ces types de bombes ont été récemment découverts dans de nombreuses provinces : Svay Rieng, Prey Vèng, Mondolkiri, Rattanakiri et Kratié.

Visite aux ouvriers de l'usine textile de Chak Angrè Leu, à Phnom Penh
''...Venez chercher vos bombes chimiques, ramenez-les et détruisez-les chez vous avant de discuter de la dette de guerre et du rapatriements des dépouilles des soldats américains tués dans le royaume durant la guerre du Vietnam...Ces bombes ne devraient pas être détruites au Cambodge...'', a lancé le Premier ministre. 

Ces bombes chimiques, souvent chargées de gaz lacrymogène ou de l’infâme agent orange auraient été larguées en février 1970 par les Etats-Unis dans les provinces proches de la frontière avec le Vietnam. Certaines ont explosé, mais d'autres sont restées intactes et ont été enterrées. Washington a souvent utilisé ce type de bombes pour forcer les combattants du nord du Vietnam à sortir de la jungle où ils étaient réfugiés. Ces épandages se sont aussi étendus sur les terres du Laos et auraient affecté plus de 3000 villages au total. Les conséquences génétiques sur les populations ayant été en contact avec la défoliation se sont transmises aux générations ultérieures, engendrant des enfants subissant des anomalies lors de leur développement in utero. Les Etats-Unis auraient largué quelques deux millions de bombes (800.000 tonnes) sur le Cambodge de 1963 à 1975.

Le chef du gouvernement royal a également proposé au Centre d’action contre les mines (CMAC) d’inviter l’ambassadeur américain à visiter les sites des bombes chimiques américaines dans la province de Svay Rieng. Selon le CMAC, les deux bombes découvertes récemment contiennent des substances chimiques dangereuses. 
Avec C. Nika - AKP Phnom Penh, septembre 2017 –


Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire