dimanche, septembre 24, 2017

Cambodge - Disponible en ligne - Archive vidéo : Quand le Polynésien filmait Angkor Wat

Petit film en noir et blanc de 16 minutes, tourné en 35 mm par Adolphe Sylvain en 1946 et sorti l'année suivante. Voyageur infatigable et amoureux éperdu des belles images,  Sylvain sera également connu plus tard à travers les photographies qu'il réalisera sur les terres dont il était tombé amoureux : La Polynésie, la Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu. Son travail sur Angkor n'est pas un chef d'oeuvre, filmé caméra au poing et sans réel souci d'esthétisme, le documentaire vaut pourtant son pesant d'or, d'abord parce qu'il permet de découvrir les ruines du parc archéologique peu de temps après la guerre, d'autre part par l'exquis et désuet lyrisme des commentaires qui fleure bon avec la poésie et le charme des documentaires d'antan. A écouter...


A propos de l'auteur
Adolphe Sylvain participe au débarquement en Normandie, à la Libération de Paris, de Strasbourg, à la prise de Berchtesgaden dernier bastion nazi. Démobilisé en 1945 à Paris par le général Leclerc avec attribution de la croix de guerre, Sylvain le rejoint de nouveau en Indochine, comme correspondant de guerre. Il filme les actualités pour Paris Journal et assure la correspondance des principaux journaux de l'époque, dont France Illustration. 

Adolphe Sylvain à Tahiti. Photographie Vaea Sylvain
Il est envoyé par le général Leclerc et l'information d'Indochine dans les endroits les plus chauds : à Calcutta (après le départ des Anglais), à Pékin, avec l'amiral Auboyneau et avec le Haut Commissaire Thierry d'Argenlieu, il prend part à la prise de Hanoï. Il réalise la Cité Engloutie, film documentaire 35 mm sur les ruines du temple d'Angkor. Fin 1946, Sylvain embarque sur le Lagrandière, premier bateau de guerre français à toucher les îles françaises d'Océanie ; il parcourt les Nouvelle Hébrides, la Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna et Tahiti. En savoir plus ...


Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire