mardi, septembre 26, 2017

Cambodge - Chine : Rencontre avec un Maître du Feng Shui

Le Feng shui est un système philosophique chinois consistant à suggérer une harmonie avec le milieu environnant. Discipline étroitement liée au taoïsme, «Feng Shui» se traduit littéralement par «eau et vent». Le Feng Shui est l'une des cinq arts de la métaphysique chinoise, classé comme physionomie (observation des apparences par des formules et des calculs) . Sa pratique traite de l'architecture en termes métaphoriques : des «forces invisibles» qui lient l'univers, la terre et l'humanité ensemble. Nous avons pu rapidement rencontrer à Phnom Penh Maître Han, franco-vietnamien fondateur de l'Académie Wu Ji, né au Cambodge dans les années soixante, vivant en Suisse à présent, et peut-être tenté par un retour sur sa terre natale...Quelques explications sur cette discipline qui redevient très populaire...

Maître Han, franco-vietnamien fondateur de l'Académie Wu Ji
Vous êtes né au Cambodge...
Oui, mes parents étaient enseignants, coopérants et sont venus en détachement à Phnom Penh. Mon père est Vietnamien et ma mère française.

Qu'est-ce que le  Feng Shui ?
C'est une très vieille science chinoise, pratiquée depuis des millénaires. Historiquement, le Feng Shui était largement utilisé pour orienter les bâtiments, souvent des structures spirituellement significatives telles que les tombeaux, mais aussi les habitations et autres structures de vie. Selon le Feng Shui, un site propice à un épanouissement individuel ou familial peut être en grande partie déterminé en fonction des caractéristiques locales telles que les plans d'eau, les étoiles ou une boussole.

C'est une utilisation de l'espace ?
Cela n'est pas seulement une utilisation, c'est une mise en harmonie soigneusement étudiée et préparée avec les occupants d'une habitation. Mais, le lieu de vie et ses caractéristiques ne sont pas les seuls éléments déterminants. La personnalité d'un individu, sa date de naissance, sa relation avec les cinq éléments sont aussi à considérer.

Quelle est son histoire ?
Ce serait très long à raconter...Jusqu'à l'invention de la boussole magnétique, le Feng Shui s'appuyait apparemment sur l'astronomie pour trouver des corrélations entre les humains et l'univers. Tous les empereurs chinois avaient leurs grands maîtres, c'est une science prise très au sérieuse.  Le Feng Shui a été interdit dans la Chine continentale pendant la révolution culturelle, l'ironie étant également que Mao avait interdit sa pratique, mais avait son propre conseiller de Feng shui...

Comment est-il redevenu populaire ?
Par l'ordre des choses, mais, malheureusement, il a été popularisé à nouveau par des gens qui n'avaient rien à voir avec cette discipline, qui se sont improvisés grands maîtres et cela a causé du tort à ceux qui respectent cette tradition et la pratiquent, l'enseignent avec le sérieux et l'humilité requis. 

Depuis quand pratiquez-vous ?
Cela fait quinze ans. Je suis devenu un disciple du Grand-maître Yap Cheng Hai dont j'ai suivi les pas et les préceptes pendant plusieurs années, J'ai acquis la maîtrise du Feng Shui en pratiquant et en enseignant dans la rigueur et le respect de la tradition du Grand-maître. Avec plusieurs associés, nous avons ensuite ouvert l'Académie Wu Ji à Blonay, en Suisse.

Peut-on vivre du Feng Shui ?
Oui, c'est mon occupation à plein temps, j'enseigne à l'académie, mais je suis aussi auteur, conférencier et suis souvent sollicité par les médias, les associations, les entreprises pour représenter le Feng Shui. Récemment, en récompense de mon travail pour la diffusion du Feng Shui en Occident, j'ai été nommé Ambassadeur de la Propagande de la Culture Feng Shui par la ville de Langzhong (閬中), Sichuan, Chine. Je suis également membre fondateur de la Fondation Guo Pu (郭璞基金會) ainsi que de la Fédération Internationale de la Culture Feng Shui (国际风水文化联盟) et Secrétaire Général Adjoint du Symposium International de la Culture Traditionnelle et de l'Eco-civilisation (传统文化与生态文明国际研讨会).

Un retour au Cambodge ?
Pourquoi pas, il y a de la demande car la communauté chinoise est importante ici et, j'ai pu le constater, certains d'entre eux avec qui j'ai pu discuter sont toujours très respectueux et intéressés par cette tradition millénaire...


Pays/territoire : Phnom Penh, Cambodia
Enregistrer un commentaire