dimanche, juillet 16, 2017

Cambodge - Société : Séminaire contre le Tourisme Sexuel

Le Cambodge a, au début de cette semaine à Phnom Penh, organisé un séminaire de consultation sur l’exploitation sexuelle des enfants victimes des touristes sexuels, en présence du ministre de la Justice, Ang Vong Vathana. A cette occasion, le ministre de la Justice a souligné que les risques d’exploitation sexuelle de mineurs risquaient d'augmenter sérieusement dans le cadre du développement touristique, de la modernisation et de l’accès plus facile aux technologies de l’information. Un séminaire sur le même thème était également organisé aux mêmes dates au Vietnam, à Hanoï.


Considérant l’exploitation et le trafic sexuels d’enfants comme une menace sérieuse pour les enfants et leurs familles, Ang Vong Vathana a souhaité que soient envisagés des efforts de lutte sérieux et un renforcement de la loi liée à la répression du tourisme sexuel. Noroko Shibata, représentante de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) a, dans son discours, mis l’accent sur la nécessité d'élaborer une loi pour la prévention des enfants contre ce type de fléau, suggérant également que ce type de loi pourrait être également proposé dans la région.

La loi cambodgienne contient une gamme de textes concernant  le trafic d'enfants et l'exploitation sexuelle des enfants et criminalise un large éventail de comportements en rapport avec la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie juvénile. Toutefois, un renforcement législatif est nécessaire pour proposer un cadre juridique complet susceptible de répondre aux obligations internationales et contrecarrer l'exploitation sexuelle des enfants par les touristes pédophiles. Il existe malheureusement des failles dans l'application de la loi, mais aussi dans les textes de loi. Il n'existe pas, par exemple, de texte spécifique pour la possession de pornographie infantile pour un usage personnel

Un rapport publié par une ONG en 2016 et réactualisé cette année, montrait que le visage des délinquants sexuels avait sensiblement changé ces vingt dernières années. Après deux ans de recherches, l'Ecpat révélait dans son rapport que ''...les enfants sont plus que jamais victimes d'exploitation sexuelle dans le monde. ..''.L'ONG déplore toutefois le manque de données chiffrées et fiables pour mesurer la portée de ce phénomène.

Pas de profil type
Autre fait marquant dans ce rapport : le profil des délinquants sexuels a radicalement changé ces vingt dernières années. ''...Ce ne sont pas uniquement des occidentaux, riches et d'âge mûr. Les criminels  peuvent être étrangers ou locaux, jeunes ou âgés...'', écrivent les auteurs du rapport, rejetant ainsi le cliché d'un profil type. Ils présentent aussi des caractéristiques sociales très diverses. Ce sont aussi bien des touristes, des hommes d'affaires, des migrants, des travailleurs temporaires, des expatriés ou des bénévoles. Autre cliché battu en brèche : le tourisme sexuel n'est pas qu'une affaire de touristes étrangers. Dans la majorité des cas, les auteurs de ces violences sexuelles sont des voyageurs locaux, nationaux et régionaux, souligne l'ONG. C'est notamment le cas aux Philippines et au Cambodge où les délinquants sont respectivement à 90% et 75% des locaux ou des touristes venant des pays environnants.

La brèche du volontourisme
Le développement du volontourisme a aussi ouvert «une brèche» pour les délinquants, alerte encore l'ONG. Cette activité qui combine bénévolat et voyage professionnel, études ou vacances et attire ceux qui souhaitent ''faire quelque chose de bien'' tout en découvrant un pay, mais aussi de potentiels prédateurs qui profitent d'une activité peu ou mal réglementée. Aucune compétence particulière n'étant requise, ces derniers se retrouvent en contact avec des enfants au sein d'écoles ou d'orphelinat, et souvent sans que leurs antécédents n'aient été sérieusement vérifiés. 
Avec S. Chhavy - AKP Phnom Penh, juillet 2017 –


Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire