vendredi, juin 16, 2017

Cambodge - Politique : Sam Rainsy reviendra s'il y a un pardon

Sam Rainsy a répondu jeudi aux commentaires d' Hun Sen publié sur sa page Facebook : "...J'ai déclaré dans un courrier électronique à un journaliste que je retournerais dans le pays si l'interdiction de voyager était levée. C'était un raccourci pour la restauration de mes droits démocratiques qui ont été éliminés de manière inappropriée...l'annulation de l'interdiction de voyager tout en laissant le reste de l'intimidation en place n'est pas un progrès sérieux...", a déclaré hier Sam Rainsy à VOA. En effet, si Sam Rainsy revenait ces jours-ci, il devrait faire face à des peines d'emprisonnement, sauf à ce qu'il y ait un pardon royal, une mesure qui doit être proposée parle Premier ministre.

La rivalité entre les deux hommes est toujours bien ancrée
le Premier ministre Hun Sen a, à son tour, utilisé un discours public hier pour se moquer assez durement de l'ancien chef de l'opposition, Sam Rainsy, en se référant sarcastiquement à un «héros», et en chantant même quelques couplets d'une chanson classique, suggérant que son rival de longue date n'était qu'un faux brave... L'interdiction concernant le retour de Rainsy a été levée mercredi matin après que Rainsy ait eu, dans une interview de Radio Free Asia la veille, appelé Hun Sen à "se montrer assez courageux" pour lever l’interdiction et rivaliser avec lui en tant que leader de l'opposition aux Élections nationales de 2018. S'exprimant lors d'une cérémonie de remise des diplômes hier, Hun Sen a déclaré qu'il était déçu que Rainsy n'honore pas son défi et a plutôt cité la liste croissante de convictions criminelles et les accusations qu'il considère comme des "obstacles" À son retour dans le pays. '' ... Si l'interdiction était levée, il reviendrait immédiatement", a déclaré Hun Sen. "Alors j'ai appelé Bin Chhin, le vice-premier ministre et le ministre intérimaire du Conseil des ministres, pour annuler la décision et ouvrir ainsi la porte à ce brave homme pour revenir...". "...Héros, s'il vous plaît entrez donc. La porte est ouverte", a ajouté le Premier ministre.

De son coté, l'ancien leader de l'opposition a renchéri : "...En ce qui concerne la lâcheté dans la lutte entre deux politiciens, le lâche n'est-il pas celui qui utilise le tribunal, l'armée et la police d'un pays sous son contrôle, pour éliminer son adversaire?", A-t-il formulé en réponse à ce dialogue par médias et discours interposés qui confirme que la rivalité entre les deux hommes est toujours bien ancrée et qu'il y a encore peut-être beaucoup de chemin à parcourir avant que les deux hommes ne dînent et ne fassent des selfies ensemble à nouveau...
Avec VOA


Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire