jeudi, juin 15, 2017

Cambodge - Politique : Sam Rainsy libre de revenir au Cambodge

Le Conseil des ministres a levé hier l'interdiction de retour de l'ancien chef de l'opposition, Sam Rainsy, une réaction apparemment liée aux toutes récentes déclarations de ce dernier, promettant de revenir au Cambodge si les interdictions à son encontre étaient levées. Dans un entretien mardi soir avec Radio Free Asia, Rainsy avait interpellé le Premier ministre Hun Sen et évoqué son souhait de vouloir l'affronter pour les législatives de 2018 : ''..S'il vous plaît, monsieur Hun Sen, soyez courageux et ne m'empêchez pas de rivaliser avec vous...J'accepte d'aller au Cambodge. J'irai tout de suite si l'interdiction de séjour est levée...'', a-t-il déclaré lors de son interview avec Chun Chanboth, de RFA. Toutefois, il n'a pas précisé s'il envisageait son retour même sans pardon pour ses condamnations, n’indiquant seulement qu'il reviendrait qu'après la suppression de tous les «obstacles» qui avaient été mis en place «illégalement ou injustement» pour empêcher sa participation à toute élection.

Sam Rainsy chez RFA. Photographie fournie
En exil depuis novembre 2015 après avoir été frappé par un mandat d’arrestation, le Conseil des ministres avait ensuite interdit toute possibilité de retour sur le sol cambodgien, lançant également une alerte générale vers tous les postes frontaliers et avertissant les compagnies aériennes. Durant son exil, Sam Rainsy s'est vu infligé d'autres condamnations dont une vieille affaire de diffamation (2008) l'opposant à Hor Namhong, le Ministre des affaires étrangères et de la coopération.

Le Conseil des ministres a annoncé la fin de l'interdiction à travers une nouvelle directive envoyée hier au chef de la police nationale Neth Savoeun et au responsable du département d'immigration du ministère de l'Intérieur, Sok Phal, demandant que la lettre interdisant l'entrée de Rainsy soit annulée suite aux ordres directs du Premier ministre Hun Sen. 

La vice-présidente du CNRP, Mu Sochua, s'est félicitée de cette décision. "...Toute mesure prise pour respecter les droits constitutionnels de Sam Rainsy en tant que citoyen cambodgien est la bienvenue. Il a le droit de revenir... ", a-t-elle déclaré à la presse locale. Le porte-parole du CPP, Sok Eysan, a souligné hier les insinuations de Rainsy à propos de la prétendue lâcheté du premier ministre dans son interview avec RFA et a déclaré que la levée de l'interdiction montrerait quel parti avait vraiment peur. Cham Bunteth, commentateur politique et conseiller du Parti de la démocratie de base, a déclaré qu'il était évident que le gouvernement prenait Rainsy au mot : "...La levée de l'interdiction est un test du gouvernement pour voir s'il a le courage de revenir...", a déclaré Bunteth. "...Mais je ne pense pas qu'il reviendra sans pardon...".



Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire