lundi, mai 29, 2017

Tradition - Cambodge : Quelques proverbes cambodgiens

Proverbes extraits de l'ouvrage 
SENTENCES ET PROVERBES CAMBODGIENS
RECUEILLIS
Par le Docteur PANNETIER. 

L'écureuil a mangé la figue, c'est au gosier du canard qu'on la trouve, et c'est au derrière du chevreuil qu'il en cuit. 
Enchaînement bizarre de circonstances qui exprime bien la tournure inattendue prise quelquefois par les affaires de justice au Cambodge. 

Pauvre louche, on te mange [le riz] sous les yeux, ô .pauvre louche, tu ne t'en doutes pas.
La louche personnifiée représente l'effort modeste jamais récompensé, le « sic vos non vobis », ou encore l'homme aveuglément confiant et fatalement ridicule que l'on berne.

Ne te fie point au ciel, ne te fie point aux étoiles, ne te fie point à ta fille qui prétend n'avoir pas, d'amoureux, né te fie point à ta mère qui prétend n'avoir pas de dettes.


Périsse le père plutôt que la mère, coule la jonque en plein fleuve pourvu que la maison ne brûle pas. 

 Seule s'use la bouche de la clochette, mais c'est la panse du buffle qui s'emplit.

Tu n'as pas de plaie, tu appelles le mal ; ta plaie ne te fait pas souffrir, tu prends un bout de bois et la piques. 
L'homme est l'artisan de son propre malheur, il préfère la douleur à un bonheur monotone

La viande tu ne l'as pas mangée, et tu prends l'os (pour en faire un 
crochet) pour te pendre. 
Même sens que : « dans la rose chercher l'épine ». 

Tu es bien tranquille ; à quoi bon aller chercher la résine de pnou pour 
la serrer sous ton aisselle ? 
Garde-toi de te mêler de ce qui ne te regarde pas. 


Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire