samedi, mars 11, 2017

Eurocham - Forum immobilier 2017 : Challenges et obstacles pour le développement de Sihanoukville (2)

Deuxième partie d'une série d'articles consacrés au secteur de l'immobilier et de la construction, à l'occasion de la tenue du Forum 2017 sur ce secteur organisé par Eurocham, et dont le thème était ''maîtriser la croissance du secteur''. Avec une croissance touristique à deux chiffres depuis 2011, la province de Sihanoukville montre les prémices d'un développement immobilier basé sur la construction d’hôtels et d'ensemble de résidences secondaires, des initiatives motivées pour partie par les demandes de la clientèle chinoise. Depuis le début de 2016, des centaines de millions de dollars US d'investissement ont atterri à Sihanoukville, des initiatives principalement orientées vers des complexes intégrés, les casinos et le marché du jeu. Toutefois, la province côtière attire également des initiatives plus classiques telles le tourisme de luxe vers les îles, les résidences secondaires, sans oublier les investissements nécessaires en logements et infrastructures destinés aux populations de la province qui risquent de s’accroître considérablement en raison de la demande de main d'oeuvre pour le secteur.

La province de Sihanoukville et le développement côtier, les problèmes de connectivité, de traitement des ordures, du besoin de vision globale ont été les questions majeures soulevées lors du premier panel de discussion, présenté par Tom O'Sullivan (wwwrealestate.com.kh), réunissant Andrew J. Ahn (Scareltt Development), Kirill Kenjeev (RPB Investment), l'investisseur français Etienne Chenevier (Cambodia Citystar Group), et mené par Christophe Forsinetti (KCJSM). ''...Sihanoukville a un potentiel de développement immobilier énorme, le marché est loin d'être saturé et nous ne sommes qu'au début de l'histoire...'', avançait de go Etienne Chenevier, promoteur à travers Citystar private Equity Asia, du premier établissement cinq étoiles qui ouvrira prochainement à Sihanoukville : l'Alila Villas Koh Russey.  Ce projet d’hôtel de luxe est situé sur l'île vierge de Koh Russey . ''...Cet établissement occupera un emplacement exclusif de 25 hectares, niché entre le cap occidental et une belle plage de deux kilomètres au sud de l'île, offrant des vues magnifiques, un accès exclusif à la plage et une intimité absolue pour ses futurs résidents et invités...'', indique l'attrayante présentation en ligne du projet développé par le Français. 

Forum immobilier 2017 : La province de Sihanoukville et le développement côtier
S'il entend promouvoir un type de tourisme de luxe respectueux de l'environnement et susceptible d'attirer une clientèle habituée aux grandes marques de l'industrie, et donc très exigeante, Etienne Chenevier n'a pas manqué de souligner qu'il ''...a pris le risque d'investir alors que de nombreux obstacles se dressent quant à un développement harmonieux des projets sérieux et inscrits dans une perspective de développement durable, sur la côte et dans les îles...''. Le premier point souligné lors du débat a été la connectivité vers la province et les îles. Si Sihanoukville bénéficie à présent d'une connectivité routière bien meilleure que par le passé, l’accès de la côte par la route reste dangereux en raison des nombreux accidents... Si la province jouit à présent d'une desserte aérienne internationale convenable, la capitale Phnom Penh n'a pas de ligne directe vers Sihanoukville et cela obère, selon l'investisseur, les possibilités pour les résidents aisés de la capitale de se rendre régulièrement ou d'investir vers cette destination pour l'achat de résidences secondaires par exemple. A ce sujet, Arnaud Darc, le président d'Eurocham, interviendra dans le débat et suggérera, qu'au vu des expériences passées, qu'il n'existe pas réellement, pour l'instant, de volonté de créer une ligne aérienne directe, alors qu'il y en a eu auparavant, abandonnées trop rapidement.

Le projet Alila Villas Koh Russey
Le projet Alila Villas Koh Russey
Plus localement, Etienne Chenevier soulignera le manque de liaisons entre la côte et les îles et, surtout, le problème de traitement des ordures, en particulier lorsqu'il s'agit du traitement des déchets provenant de l'exploitation d'un hôtel situé sur une île à quarante minutes de trajet de la côte. S'il est possible pour l'établissement d'acheminer ses déchets vers Sihanoukville, il n'existe pas encore d'unité de traitement dans la ville ou ses alentours, et cela reste préoccupant. Au regard des exigences d'une enseigne de standard international, Etienne Chenevier et Kirill Kenjeev, promoteur pour le compte de RPB Investment (Groupe de Doroshenko Nikolay) d'un projet voisin et de standing similaire, évoquent également le problème de manque de main d'oeuvre qualifiée et des besoins urgents de développement de la filière et de structures de formation adaptées dans la province. Autre préoccupation concernant l'exploitation de ce type de projets : l'approvisionnement en eau potable. Il n'y a, à l'évidence, pas suffisamment d'eau sur les îles et sur ce point, les investisseurs se posent la question de savoir si le secteur privé peut se substituer au service public : ''...c'est envisageable, le privé peut prendre en charge l’approvisionnement des îles en eau potable, mais cela ne risque-t-il pas de freiner un peu les volontés d'investissement ? En effet, installer un réseau de distribution d'eau est une dépense conséquente...'', déclarent les promoteurs un peu soucieux sur ce point. Enfin, pour insister sur la viabilité économique de la destination et justifier de l'engouement pour investir dans la province, Etienne Chenevier avance que : ''...Siem Reap attire les visiteurs en raison du site d'Angkor Wat, une fois que les touristes internationaux ont vu cette merveille, ils sont peu susceptibles de revenir. Les destinations de villégiature côtières, si elles sont bien développées, encouragent la visite répétée des touristes qui reviennent d'année en année....''.

Dans le même esprit, à Ream, une partie un peu moins connue de la province de Sihanoukville, une concession d'environ 3 300 hectares est actuellement développée par un homme d'affaires local en collaboration avec des investisseurs étrangers. A ce jour, près de quinze accords ont été signés pour des parcelles de terrain, avec le projet de construire une zone d'accueil intégrée avec des terrains de golf, des hôtels de luxe, et des activités d'éco-tourisme. Une jetée suffisamment solide et qui pourrait soutenir les navires de croisière est également prévue dans ce projet, afin d’accueillir des navires de croisière en provenance de Chine et de Hong Kong.

Christophe Forsinetti
Christophe Forsinetti
S'il s'agit là de promoteurs ayant décidé d'investir loin du tourisme de masse en misant sur des projets sélectifs s'adressant à une clientèle fortunée ou aisée, Christophe Forsinetti n'a pas manqué toutefois de souligner le besoin d'une vision globale pour le développement touristique et des infrastructures hôtelières de la province : ''...il n'est pas exclu de voir des grands projets chinois débarquer avec une vision différente et il sont à considérer. Le développement touristique a aussi ses conséquences en aval. Cela attire de la main d'oeuvre, en grand nombre, et nous savons que les Cambodgiens aiment s'installer avec leurs familles. Il faut donc des structures d'accueil, non seulement des logements, mais aussi plus d'écoles pour leurs enfants, plus d’hôpitaux. Cela est à envisager dans une perspective globale et avec une vision beaucoup plus élargie sur le long terme...'', indiquait C.Forsinetti avant d'introduire le deuxième panel de discussions à propos du cadre légal du développement immobilier de la province de Sihanoukville, que nous développerons dans une prochaine édition.




Pays/territoire : Krong Preah Sihanouk, Cambodia
Enregistrer un commentaire