jeudi, avril 20, 2017

Cambodge - Parcours : San Kosal, tout jeune Secrétaire Général du CMK

‘’…Alors que je devais faire un choix pour mes études, j’avais déjà compris que le Cambodge aurait rapidement besoin de cadres supérieurs dans le secteur des services, c’est pour cette raison que je me suis orienté très tôt vers la banque et la finance…’’, annonce, tout souriant, dans un français parfait, et ravi de partager son parcours, San Kosal, Secrétaire Général du Crédit Mutuel Kampuchéa. 

San Kosal, Secrétaire Général du Crédit Mutuel Kampuchéa
San Kosal, Secrétaire Général du Crédit Mutuel Kampuchéa
A peine âgé de 31 ans, le jeune cadre a gravi les échelons de l’établissement financier en quelques années seulement :’’… Je l’ai rencontré à son retour au Cambodge en 2014 et, j’ai rapidement été séduit par son profil, son expérience et sa double culture. Embauché au Crédit Mutuel Kampuchea en novembre 2014 au département des Ressources Humaines, il s’est rapidement distingué par son professionnalisme, et surtout son esprit d’initiative, une qualité encore rare parmi les jeunes cambodgiens. Malgré son jeune âge, il a donc rapidement gravi les échelons jusqu’à être promu Secrétaire Général du CMK, membre du Comité de Direction en janvier 2016…’’, explique Michel Kindbeiter, le Directeur Général de l’établissement…’’.

Vrai que le parcours du jeune cadre cambodgien révèle tous les aspects d’une réelle et forte ambition mais, posée et soigneusement mesurée. Alors qu’il passe son baccalauréat au Lycée de Toul Tom Poung, San Kosal choisit aussi d’apprendre n même temps le français à l’Institut Français de Phnom Penh, un apprentissage qu’il qualifie de difficile, mais indispensable pour pouvoir continuer ses études : ‘’…Je voulais partir étudier en France, j’ai une tante qui vit à Paris, c’était plus facile pour moi. C’est donc là-bas que j’ai passé mon premier diplôme, un BTS Banque. Puis, j’ai enchaîné avec une Licence en banque, finance et assurance et, ensuite avec un Master de la même filière, à l’université de Paris Nord…’’, déclare le jeune homme. Diplômes en poche, San décroche quelques contrats avec le Crédit Mutuel et BNP Paribas, mais il se heurte aux exigences administratives métropolitaines : ‘’ Alors que j’avais un titre d’étudiant, Il m’était  très difficile d’obtenir une autorisation de séjour permanente et de travailler en France, je savais aussi que le marché était plutôt étroit pour les jeunes diplômés étrangers…mais ce n’était pas trop grave pour moi, je comptais revenir au pays, donc  c’est ce que j’ai fait en 2014, après dix ans passés en France…’’, raconte-t-il. 

Bien lui  en a pris, ainsi qu’il le prévoyait, le pays est en pleine croissance et manque de cadres supérieurs cambodgiens : ‘’…le royaume  connait aujourd’hui une croissance de 7%, c’est un pays d’opportunités pour les jeunes générations. C’est la première fois qu’il y a autant de perspectives pour les diplômés de bon niveau, c’est un marché bien plus attrayant qu’auparavant…’’, explique-t-il en ajoutant que son projet professionnel n’est pas la seule raison de sa satisfaction d’être revenu vers sa terre natale : ‘’…C’est un pays ou le coût de la vie est très acceptable, c’est aussi assez facile de voyager depuis le Cambodge vers les pays d’Asie, donc je me sens bien ici…’’. A son retour de France, San Kosal va répondre à une petite annonce pour un poste disponible au CMK et intégrer l’établissement financier sur un poste administratif au département des Ressources Humaines dans un premier temps. S’il gravit rapidement les échelons grâce à ses compétences, San avance également l’environnement de l’entreprise qui, selon lui, concoure largement à sa satisfaction professionnelle :’’..Le CMK est un réseau étendu et performant, mais qui reste à une échelle humaine, il y a une excellente ambiance au sein du groupe, c’est important. C’est aussi un établissement ou les possibilités de carrière sont plus accessibles que dans  une banque de plus grande taille avec des décideurs enfermés dans une tour d’ivoire. Le coté humain et le relationnel sont importants au CMK et c’est très appréciable. J’apprécie aussi, bien sur, la confiance que m’a accordé la direction en me confiant un poste à responsabilités, une position valorisante, ce n’est pas négligeable non plus…’’, déclare le jeune homme. 

San Kosal avec des collègues : ‘’…Il y a un bon esprit au CMK, c’est important…’’
San Kosal avec des collègues : ‘’…Il y a un bon esprit au CMK, c’est important…’’
San Kosal est aujourd’hui Secrétaire Général du CMK, il a notamment en charge la « vie sociale » comprenant les relations avec les élus des sociétaires (administrateurs), la constitution des conseils d’administration des Caisses locales et les assemblées générales. Le Secrétaire Général a aussi en charge la logistique au sens large, comprenant les relations avec les fournisseurs, les achats et appels d’offres, le parc matériel et immobilier etc. Enfin, c’est lui qui est en relation avec les autorités et qui gère les affaires juridiques tout comme l’ensemble de la correspondance officielle de l’entreprise. Le poste est donc une responsabilité assez lourde pour les épaules du cadre cambodgien, pour qui sa direction ne tarit pas d’éloges : ‘’ …Très bien intégré dans l’entreprise, San Kosal est respecté pour son sérieux et pour les excellentes relations qu’il entretien avec l’ensemble des personnels. Nul ne doute qu’il progressera encore au sein de notre entreprise et qu’il fera partie des cadres qui auront demain la responsabilité de présider aux destinées du CMK…’’, indique son directeur, Michel Kindbeiter.

San Kosal est respecté pour son sérieux et pour les excellentes relations qu’il entretien avec l’ensemble des personnels
San Kosal est respecté pour son sérieux et pour les excellentes relations qu’il entretien avec l’ensemble des personnels
Quant à la vie privée de San Kosal : ‘’…Je ne suis pas quelqu’un qui sort beaucoup, je dîne dehors le soir de temps en temps avec quelques amis, mais vous ne me verrez pas beaucoup dans les boites de nuit…J’aime aussi le sport, le tennis de table en particulier, même si je ne suis pas encore très bon…et, comme je l’ai déjà dit, j’aime voyager vers les pays de la région…’’. Indique San avec son sourire  qu’il n’aura jamais quitté durant l’entretien, sourire d’un Cambodgien heureux et ambitieux, qui file aussi le parfait amour avec une jeune  Cambodgienne, épousée il y a quelques mois, et  rencontrée au CMK…Il y a des signes qui ne trompent pas.


Pays/territoire : Phnom Penh, Cambodia
Enregistrer un commentaire