jeudi, février 02, 2017

Transports Aériens : Des ombres chinoises sur l'aéroport de Siem Reap

En Octobre dernier, le gouvernement cambodgien avait conclu un accord avec l'entreprise d'état chinoise Yunnan Investment Holdings Ltd (YIHL) pour construire un nouvel aéroport à Siem Reap, et dont l'investissement était évalué à 800 millions de dollars US. L'accord avait été donné à YIHL et ses filiales de gestion et l'entreprise chinoise bénéficierait alors d'une concession exclusive de 55 ans sur l'aéroport qu'elle devra construire. L'accord aurait été conclu sous le schéma BOT (Build - Operate - Transfert) et ce contrat viendrait en remplacement de l'accord d'exclusivité en cours avec Cambodian Airport, la société détenue majoritairement par le groupe français Vinci qui doit expirer en 2040. Les principaux arguments avancés par le gouvernement étaient la proximité de l'aéroport actuel des temples d'Angkor et un mouvement de passagers qui, s'il est en progression régulière, reste largement perfectible.

L'aéroport de Siem Reap

La presse locale avait également rapporté qu'en décembre dernier, le premier ministre avait signé un décret gouvernemental appelant à la formation d'un comité de huit personnes pour mener des pourparlers avec Cambodia Airports en vue de négocier une compensation. Yim Nola, qui dirige le comité, a déclaré ces jours-ci que le gouvernement avait informé Cambodia Airports à la fin de l'année dernière pour discuter du montant de la compensation, et qu'il restait en l'attente d'une réponse. Il a ajouté qu'une fois que l'entreprise française aura soumis sa proposition, le gouvernement aurait probablement besoin de temps pour en discuter. Rapidement, le Secrétariat d'Etat de l'Aviation Civile (SSCA) a mis en place une équipe cette semaine pour assurer la supervision technique et réglementaire pour la construction de l'aéroport proposé par YIHL. Le nouvel aéroport serait construit dans le district de Sout Nikom, à environ 50 kilomètres de la ville de Siem Reap. 

C'est donc une étape supplémentaire qui semble montrer une réelle volonté du gouvernement d'évincer le groupe Vinci au bénéfice de l'entreprise chinoise et peut-être cela a-t-il un rapport avec la récente visite du président chinois dans le royaume... Toutefois, les Chinois ne sont pas les seuls à avoir tenté l'opération, les Coréens avaient déjà fait, l'année dernière, une proposition à un million de dollars US qui n'avait pas été retenue. Alors que l'accord pour la nouvelle concession de l'aéroport semble définitif, le porte-parole de SSCA, Sin Chanserey Vutha, déclare aujourd'hui qu'il est encore difficile de connaitre le sort de l'aéroport existant, évoquant toutefois la possibilité qu'il pourrait être rester en service pour des vols intérieurs. Pas ou peu de précisions du coté de Cambodian Airports dont le porte-parole déclarait à la presse locale aujourd'hui que les pourparlers avaient commencé et qu'il restait optimiste...sans préciser s'il s'agissait du montant de la compensation ou du maintien de la concession avec le groupe Vinci. Si le groupe français peut supporter une perte d'exploitation à cette échelle, c'est l'un des groupes français les plus puissants et en bonne santé, certains avancent toutefois que ce type d'opération pourrait avoir un effet néfaste sur les investisseurs occidentaux souhaitant bénéficier de concessions dans le royaume. Dommage également que cela intervienne quelques temps après que Vinci ait allongé cent millions de dollars US dans la modernisation de ses terminaux à Phnom Penh et Siem Reap. 


Pays/territoire : Krong Siem Reap, Cambodia
Enregistrer un commentaire