mardi, février 21, 2017

Trafic humain : Plus de technologie pour enrayer la maltraitance et l'exploitation des enfants

Microsoft vient d'annoncer la disponibilité d'Office 365 au Cambodge et au Myanmar, une initiative dont le premier intéressé au Cambodge est l'Unité de Protection de l'Enfance (Child Protection Unit), une organisation qui lutte contre la maltraitance et l'exploitation des enfants en partenariat avec la Police nationale cambodgienne. L'objectif est de permettre à ses employés de collaborer efficacement et de communiquer en toute sécurité.

Scène crime. Archive CPU
"...Dans le passé, nous utilisions un système papier pour gérer notre flux d'information et, à mesure que l'organisation grandissait, nous ne pouvions pas suivre un système qui nécessitait une saisie manuelle car il n'était pas évolutif. Avec le déploiement d'Office 365 et de Microsoft Azure, nous avons numérisé nos processus opérationnels et construit notre système central de gestion de cas en tirant parti du Cloud (stockage et partage de données en ligne)... ", a déclaré James McCabe, directeur de l'Unité de Protection de l'Enfance.

''...Nos agents de terrain peuvent maintenant partager, suivre et mieux gérer l'information, et nous sommes en mesure de fournir à la police des informations en temps réel pour aider leurs enquêtes. En fin de compte, cela nous permet de mieux protéger et d'offrir un soutien total à nos victimes », a-t-il ajouté.

Microsoft a partagé une vidéo selon laquelle environ 1,2 million d'enfants seraient victimes de la traite chaque année au Cambodge. 22% des victimes de la traite des êtres humains seraient des victimes à des fins d'exploitation sexuelle, dont 55% seraient des femmes ou des jeunes filles.

Selon le Major-général Lim Sokha Raksmey de la police nationale cambodgienne, le gouvernement essaie d'améliorer la situation en utilisant cette nouvelle technologie. Selon Tola Dy, de Datec Asie Pacifique Ltd, le système fournit aide à fournir plus d'informations en temps réel, avec une facilité d'accès accrue, sur la victime, l'agresseur, la scène et l'heure du crime. "...Avant cette collaboration, nous ne pouvions recevoir de mises à jour de données sur nos smartphones ou iPad et nous pouvons à présent vérifier les informations partagées en temps réel, à distance, et sans avoir à retourner au bureau pour consulter archives et dossiers...", atteste Som Vattana, directeur adjoint de l'organisation.



Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire