jeudi, février 16, 2017

Sommet International des Affaires du Cambodge : L'électricité est notre défi majeur

Sok Chenda Sophea, secrétaire général du Conseil pour le développement du Cambodge, a déclaré lors du Sommet International des Affaires du Cambodge que le gouvernement travaillait dur pour améliorer le réseau électrique et fournir de l'électricité stable à un prix concurrentiel. Citant les entreprises japonaises opérant dans des zones économiques spéciales (SEZ), Sok Chenda Sophea a rappelé que : ''...87 entreprises japonaises font des affaires dans le pays avec six d'entre elles axées sur la fabrication de vêtements et de chaussures et soixante-dix liées à la fabrication et l'assemblage de composants électroniques...Une électricité stable et de qualité est nécessaire pour attirer ce type d'activité industrielle à haute valeur ajoutée au Cambodge, mais la qualité de l'électricité dans le royaume demeure un défi pour les investisseurs...''

Sok Chenda Sophea, secrétaire général du Conseil pour le développement du Cambodge. Photographie Eurocham

"...Bientôt nous aurons assez d'électricité et nous allons travailler sur les prix. En 2019, nous serons autosuffisants en électricité sans importer...Le Cambodge tente de diversifier actuellement ses sources d'énergie, non seulement en fonction des centrales hydroélectriques et de la puissance importée, mais en ajoutant davantage de centrales au charbon et d'autres sources d'énergie pour répondre aux demandes du pays...lorsque nous disposerons d'assez d'électricité et de lignes de transport  dans tout le pays, surtout dans les régions où il y a de l'activité économique, le prix et la qualité de l'électricité s'amélioreront...'', a-t-il ajouté.


''...Alors qu'en 2010, le secteur de la fabrication comptait 8% d'activités d'assemblage, ce secteur est monté à 28% en 2016....'', indiquait également Chea Serey, directrice générale de la Banque Nationale du Cambodge (BNC), qui a évoqué les coûts élevés de l'électricité comme le plus grand défi économique du pays, ajoutant que, jusqu'à ce que les prix chutent à un niveau gérable, le Cambodge aura du mal à être compétitif avec ses concurrents régionaux. "...Nos prix pour l'énergie sont à présent les plus élevés de l'ASEAN, mais je suis convaincue que dans cinq à dix ans, ils pourraient être les plus bas dans la région...", a-t-elle conclu avec beaucoup d'optimisme.



Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire