mercredi, février 01, 2017

Angkor Wat : Malgré l'augmentation, les touristes viendront toujours

A partir d'aujourd'hui, mercredi 1er février,  les touristes et visiteurs étrangers devront payer presque deux fois plus pour visiter les temples d'Angkor Wat, l'attraction la plus visitée du royaume, une initiative du gouvernement qui soulève quelques questions quant à savoir si l'industrie touristique du pays va souffrir de cette augmentation.
Touristes à Angkor Wat. Photographie par Dennis Jarvis (cc)
Touristes à Angkor Wat. Photographie par Dennis Jarvis (cc)
Rappelons qu'Angkor Wat attire plus de deux millions de visiteurs étrangers par an, générant ainsi 62,5 millions US $ provenant des ventes de billets (chiffres 2016). Ce montant devrait à l'évidence augmenter sensiblement cette année avec ces nouveaux frais d'entrée. Le prix d'un laissez-passer d'une journée passe de 20 $ US à 37 $ US, soit une augmentation de 85%. Un laissez-passer de trois jours coûtera 60 $ US et un pass d'une semaine vaudra 72 US $. Alors que les augmentations sont significatives, elles sont toutefois les premières depuis une longue période de 22 ans sans augmentation , et cela n'entache pas l'optimisme des officiels en charge de la gestion de la billetterie : ''...Si vous regardez l'inflation, un laissez-passer d'une journée aurait une valeur d'environ 40 $ US de nos jours. Il y a plus de cent temples à visiter et 37 $ US par jour reste un prix abordable...'', déclarait le directeur exécutif Ly Se de l'Angkor Enterprise, l'organisme gouvernemental chargé de la vente de billets au parc archéologique d'Angkor.

Cependant, la même confiance est pas ressentie par certains opérateurs touristiques locaux. Beaucoup d'entre eux se sont plaints de cette hausse des prix, mise en œuvre, selon eux, à un moment où certains font état d'une baisse de l'activité : ''...Nous trouvons surprenant que le gouvernement ait annoncé l'augmentation des prix si rapidement. En tant que tour opérateur, nous voulons être consultés avant ce type de décision...'', déclare Sareth Duch d'Angkor Destination, une agence de voyage basée à Siem Reap. La plupart de ses clients sont des Européens, qui représentaient environ un quart des visiteurs à Angkor Wat l'an dernier. Il est inquiet et avance que cette hausse des prix va ajouter à l'impact d'une économie européenne au ralenti : : "...L'augmentation est énorme. Nous avons déjà connu une baisse du nombre de clients. Les gens gagnent moins d'argent. Je ne sais pas pourquoi notre gouvernement a pris cette décision...".

Les nouveaux droits d'entrée ont été annoncés en Août dernier, après que le gouvernement ait repris la billetterie alors gérée par l'entreprise Sokimex, la plus grande société pétrolière et gazière du Cambodge. Sokimex jouissait d'une concession de 17 ans pour la vente des billets. L'accord permettait de rétrocéder 15% cent du chiffre d'affaires des ventes de billets en faveur de Sokimex. Ce n'est plus le cas. Avec la mise en place d'Angkor Enterprise, les revenus seront dirigés vers les caisses de l'Etat, et les 15% seront investis, selon le gouvernement, dans la préservation et l'amélioration de l'ensemble du complexe archéologique. Une partie de la valeur d'achat de chaque ticket sera aussi reversée aux établissements Kantha Bopha, hôpitaux gratuits pour les enfants défavorisés du royaume.

Alors que la hausse des prix aura un effet nul sur les Cambodgiens, ils peuvent visiter Angkor Wat gratuitement, cela a été perçu comme une surprise peu agréable pour quelques touristes occidentaux interrogés sur le site, certains d'entre eux arguant que l'augmentation était lourde et plaçait aussi la visite des monuments plus chère que d'autres attractions touristiques à travers le monde. Toutefois, aucun d'entre eux ne laissait entendre que cette augmentation les empêcherait de visiter Angkor : ''..Angkor Wat est unique et il faut le visiter au moins une fois, c'est devenu un peu cher mais cela reste abordable, et le coût du séjour, plutôt bon marché, équilibre cette hausse...'' déclare un touriste britannique interrogé au hasard. Même optimisme du coté de Chhay Sivlin, le président de ''Cambodia Association of Travel Agents'' : ''...Il est possible qu'on observe une légère baisse de visiteurs mais les prix restent encore abordables pour les touristes ainsi que les voyagistes, beaucoup de professionnels se sont déjà préparés..."


Pays/territoire : Krong Siem Reap, Cambodia
Enregistrer un commentaire