jeudi, décembre 08, 2016

Photographie - Découverte : Le temple-montagne du Baphuon

Implanté au cœur de l’ancienne cité royale d’Angkor Thom, au sud du Palais royal, occupé sans discontinuité durant plusieurs siècles, le Baphuon est l’un des plus grands édifices religieux du Cambodge ancien. Structure pyramidale à trois étages,  ce temple-montagne dédié au culte du Linga fut construit au milieu du XIème siècle. Resté caché sous la forêt tropicale pendant des centaines d’années, le Baphuon est l’un des premiers monuments angkoriens à être exhumé au début du XXe siècle. En 1960, afin d’enrayer la ruine avancée de l’édifice, l’archéologue Bernard-Philippe Groslier entreprend, à partir des éléments retrouvés sur place, une vaste opération incluant la mise en œuvre de renforts à l’arrière des soubassements du temple-montagne. Son projet est malheureusement interrompu par la guerre en 1971. La disparition des archives du chantier en 1975 et l’étendue du champ de dépose en ont fait un des chantiers les plus difficiles de l’espace angkorien pour la restauration.

Le temple-montagne du Baphuon. Photographie par Miguel Vicente Martínez (cc)
Depuis l’appel lancé par Sa Majesté Norodom Sihanouk en novembre 1991 lors de la conférence de Paris à l’UNESCO et l’inscription du site d’Angkor sur la liste du Patrimoine mondial en 1992, la France s’est engagée dans un vaste programme de coopération visant à sauvegarder et à mettre en valeur le patrimoine angkorien. Elle y a consacré plus de 10 M€ depuis 1995, dont 6 M€ provenant du ministère des Affaires étrangères et européennes.

Le temple-montagne du Baphuon. Photographie par Miguel Vicente Martínez (cc)
Le temple-montagne du Baphuon. Photographie par Miguel Vicente Martínez (cc)
Menée depuis 1995, la restauration du Baphuon, également financée par l’École française d’Extrême-Orient (2,9 M€) et le ministère de la Culture, faisait partie intégrante de ce programme de coopération. L’EFEO en a été le maître d’œuvre, en partenariat avec APSARA, l’autorité cambodgienne pour la protection du site et la gestion de la région d’Angkor. Ce projet a été conduit dans le cadre de l’action du Comité International de Coordination pour la sauvegarde d’Angkor (CIC), co-présidé par la France et le Japon. Le chantier du Baphuon a porté sur la consolidation des trois étages de la pyramide du temple et la restauration des éléments de façade caractéristiques de cette structure (soubassements, galeries, sanctuaires d’axes).

Le temple-montagne du Baphuon. Photographie par Miguel Vicente Martínez (cc)
Le temple-montagne du Baphuon. Photographie par Miguel Vicente Martínez (cc)
Au-delà du caractère spectaculaire des travaux réalisés, de la formation de 300 personnes aux méthodes de restauration, ce chantier aura aussi été un formidable laboratoire de recherche sur l’histoire des techniques de construction et leurs différentes phases d’évolution. Le temple, abandonné pendant plusieurs siècles, a enfin retrouvé sa splendeur que les visiteurs peuvent admirer depuis la fin de l’année 2011.

Le temple-montagne du Baphuon. Photographie par Miguel Vicente Martínez (cc)
Le temple-montagne du Baphuon. Photographie par Miguel Vicente Martínez (cc)
Source Ambafrance


Pays/territoire : Angkor Thom, Cambodia
Enregistrer un commentaire