vendredi, décembre 23, 2016

Institut Français - Exposition - Films : Une Palme d' Or à Phnom Penh

Ashes ou Œuvres choisies par Apichatpong Weerasethakul : Du 12 janvier au 4 février, l’Institut Français du Cambodge présentera dans la galerie d’expositions six installations vidéos de Apichatpong Weerasethakul, ainsi qu’une sélection de cinq longs métrages et de quatre programmes de courts métrages dans la salle de cinéma du vendredi 13 au dimanche 15 janvier en présence de l’artiste.

Apichatpong Weerasethakul cinéaste thaïlandais, palme d’or à Cannes en 2010 pour « Oncle Boonmee
Apichatpong Weerasethakul cinéaste thaïlandais, palme d’or à Cannes en 2010 pour « Oncle Boonmee
Apichatpong Weerasethakul est un artiste et un cinéaste thaïlandais majeur de la scène artistique internationale. Un nombre important de ses films ont été primés par les plus importants festivals du monde, dont le festival de Cannes qui lui a attribué la palme d’or en 2010 pour « Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures ». Il a ensuite été membre du jury du festival de Cannes présidé par Sean Penn. Ses films, comme ses vidéos expérimentales, souvent mystérieux et hypnotiques, poétiques et rêveurs, construits à partir d’une narration non-linéaire, généralement lente et contemplative, traitent de la mémoire en invoquant avec une grande subtilité les questions de société, la part irrationnelle du désir, la vie des hommes, le lien avec la nature ou le voyage des âmes. 

Oeuvre d'Apichatpong Weerasethakul
Oeuvre d'Apichatpong Weerasethakul 
Inclassable, cet artiste travaille la mémoire comme une matière dans laquelle se croisent et s’interpénètrent cultures populaires, onirisme et mythologies, où se confrontent archaïsmes et modernités. Les installations vidéos de Apichatpong Weerasethakul, sont régulièrement présentées dans de prestigieux centres d’art internationaux comme le Palais de Tokyo à Paris, la Dokumenta de Kassel, le Walker Art Center de Minneapolis, ou collectionnées par des musées comme le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. La France a beaucoup soutenu ce réalisateur atypique, producteur d’un cinéma radical et poétique. Les Cahiers du cinéma le font figurer dans les dix premiers réalisateurs de cinéma au monde pour la décennie 2000, aux côtés de David Lynch, Abbas Kiarostami ou David Cronenberg.

Oeuvre d'Apichatpong Weerasethakul
Oeuvre d'Apichatpong Weerasethakul 
Quelques mots sur ce cinéaste thaïlandais
Titulaire d'un diplôme d'Architecture et d'une maîtrise de cinéma de l’Art Institute de Chicago ApichatpongWeerasethakul s'est s'imposé en quelques années comme l'une des figures centrales de la scène expérimentale thaïlandaise. Après une série de courts-métrages dont Bullet, et un détour par le documentaire expérimental (Mysterious Object at Noon), il réalise sa première fiction en 2002 avec BlissfullyYours. Présenté au Festival de Cannes, le film est considéré par de nombreux critiques comme une des grandes révélations du Festival, et obtient le Prix du Meilleur film dans la section Un Certain Regard. 

BlissfullyYours
BlissfullyYours
Faisant partie des rares cinéastes thaïlandais à travailler hors des studios de son pays, il est aussi connu pour avoir très souvent tourné avec des acteurs non professionnels ainsi que d’avoir recours aux dialogues improvisés. C'est notamment le cas en 2004 avec Tropical Malady, centré sur la relation homosexuelle d'un soldat et son amant, et présenté en sélection officielle au Festival de Cannes. Acclamé par la critique, le film se voit décerner le Grand Prix du Jury. En 2006, il revient au documentaire sous forme d'autoportrait avec Syndromes and a Century, centré sur ses souvenirs d'enfance auprès de ses parents médecins de campagne.
Le réalisateur partage en 2008 l'affiche du projet collectif O Estado do mundo, qui porte un regard critique sur l'état et la marche du monde à travers un film divisé en six parties. Habitué du Festival de Cannes, il y revient en 2010 avec le mystique Oncle Boonmee (celui qui se souvenait de ses vies antérieures). Le personnage éponyme, se sentant proche de la mort, s'interroge sur son karma alors qu'il a des visions de sa femme défunte et de son fils disparu. Le film crée la surprise en remportant la très prestigieuse palme d'or.

A la suite de ce succès qui conforte sa notoriété internationale, Weerasethakul participe au projet Quattro Hongkong 2, au sein duquel il réalise un court-métrage sur la ville du même nom, aux côtés de Yuhang Ho, Stanley Kwan et Brillante Mendoza. Après un documentaire expérimental sur le fleuve Mékong en 2012, Mékong Hotel, il réalise en 2015 un nouveau long-métrage de fiction, Cemetery of Splendour, où il traite le thème du sommeil en racontant l'histoire d'un village frappé d'une étrange maladie. Ce film méditatif, à l'image de sa filmographie, est également sélectionné à Cannes dans la compétition parallèle Un Certain Regard. Il s'agit de sa quatrième sélection dans ce festival.

Programme :

Vendredi 13 Janvier
19H -Cemetery of Splendour Présentationet discussion avec ApichatpongWeerasethakul

Samedi 14 Janvier
10H - Programme de CourtsmétragesN°1
14H30 - Mysterious Object at Noon
17H - Programme de Courtsmétrages N°2
19H - Tropical Malady Présentation et discussion avec ApichatpongWeerasethakul

Dimanche 15 Janvier
10H - Programme de Courtsmétrages N°1
14H30 - Programme de Courts-métrages N°4
17H - Syndromes and a Century
19H - Uncle Boonmee who can Recall his Past Lives
Présentation et discussion avec
ApichatpongWeerasethakul


Pays/territoire : Phnom Penh, Cambodia
Enregistrer un commentaire