dimanche, décembre 18, 2016

Cambodge : Le gouvernement part en guerre contre la drogue

Alors que le gouvernement admet une augmentation du trafic et de l'utilisation de drogues illicites, en particulier dans les zones rurales du royaume, le Ministre de l'Intérieur Sar Kheng et le vice-Premier ministre Ke Kim Yan, président de l'Autorité Nationale de Lutte contre la Drogue (NACD - National Authority for Combating Drugs ) ont annoncé le lancement d'une campagne de six mois destiné à enrayer la courbe ascendante du trafic dans le royaume. Cette année, la police et les militaires ont enregistré 4 191 liés la consommation et au trafic de stupéfiants, 9 802 personnes ont été arrêtées, et plus de 175 kilogrammes de drogues ont été saisis...Le nombre de toxicomanes identifiés au Cambodge a augmenté de près de 30% cette année par rapport à l'année dernière. L'annonce de mesures contre le trafic et de l'utilisation de drogues illicites dans le royaume a eu lieu alors que le président philippin Rodrigo Duterte, connu pour sa guerre violente contre la drogue, était au Cambodge lors d'une visite d'Etat de deux jours. Toutefois, le Premier Ministre cambodgien avait précédemment clairement affirmé que la répression violente n'était pas au programme du gouvernement. Application stricte de la loi, renforcement des mesures de prévention et favoriser la réhabilitation sont les objectifs prioritaires de cette nouvelle campagne.

Destruction d'une prise de drogue. Cette année, la police et les militaires ont enregistré 4 191 liés la consommation et au trafic de stupéfiants, 9 802 personnes ont été arrêtées, et plus de 175 kilogrammes de drogues ont été saisis...
Destruction d'une prise de drogue. Cette année, la police et les militaires ont enregistré 4 191 liés la consommation et au trafic de stupéfiants, 9 802 personnes ont été arrêtées, et plus de 175 kilogrammes de drogues ont été saisis...
L'alerte a été donnée lors d'un meeting récent de Premier Ministre et des officiels de la police au cours de laquelle Hun Sèn a exhorté les forces de l'ordre à strictement appliquer la loi dans toutes les affaires de drogue et à mettre en œuvre efficacement les mesures administratives. ''...Il faut continuer à coopérer avec les pays voisins et les organisations internationales dans les enquêtes concernant les réseaux criminels. Les responsables devraient se pencher un peu plus sur les communications et les transports dans ce secteur criminel pour réprimer le trafic transnational...'', a-t-il déclaré. Au cours de cette même réunion,. les ministères et les institutions ont été invités à promouvoir toutes les formes d'éducation et de sensibilisation dans la lutte contre la drogue et les mesures de traitement et de réadaptation des toxicomanes : "...Nous allons tout revoir. Et en ce qui concerne le problème des drogues, nous ne parlons pas seulement des arrestations, mais aussi de la promotion, de l'éducation sur l'aspect légal du problème, de la répression, de l'inculpation et de la réhabilitation en coopération avec les pays partenaires...Nous ne pouvons pas nous battre seuls et je fais appel à tous pour participer à cette campagne anti-drogue. ", a déclaré le Premier Ministre.

Application stricte de la loi, renforcement des mesures de prévention et favoriser la réhabilitation sont les objectifs prioritaires de cette nouvelle campagne.
Application stricte de la loi, renforcement des mesures de prévention et favoriser la réhabilitation sont les objectifs prioritaires de cette nouvelle campagne.
Pour empêcher la consommation de drogues d'inonder les provinces, les fonctionnaires et les ministères de Phnom Penh vont lancer cette campagne de répression - sensibilisation de six mois à compter du 1er janvier, indique un communiqué du Ministère de l'Intérieur. La campagne impliquera l'Autorité Nationale de Lutte contre la Drogue, les autorités locales, la police des frontières, les ministères de l'éducation, de la formation professionnelle, de l'information, des cultes et de la religion, des postes et des télécommunications et du tourisme.''...Le Cambodge a mis un point d'honneur à rester un pays qui ne produit pas et ne se livre pas au trafic de drogues, mais il y a toujours des activités clandestines stimulant le commerce de substances produites à l'extérieur du pays...Cela a provoqué une augmentation de la consommation de drogues et une propagation de la ville vers les provinces. Les fonctionnaires locaux seront chargés d'identifier les membres des communautés villageoises victimes de toxicomanie, de les encourager à obtenir un traitement....''. indique également le communiqué.

De son coté, M. Kheng a demandé au pouvoir judiciaire d'être sans clémence pour les délinquants et les toxicomanes. Le Ministre de l'Intérieur a également ajouté que les prisons devaient être plus vigilantes pour éviter les trafics dans les murs de Prey Saar. Enfin, le ministre a conclu en déclarant que les trafiquants et toxicomanes ne devraient pas avoir la possibilité d'obtenir une grâce ou de voir leur peine atténuée.

Le président du Centre pour le développement et la paix, Yong Kim Eng, a affirmé son soutien à la campagne et a déclaré que la société civile était plutôt préoccupée par la propagation de l'usage et du trafic de drogues, et que cela avait impact sérieux sur la bien des aspects de la société cambodgienne. Yong Kim Eng a également exhorté le gouvernement à intensifier ses efforts pour former les fonctionnaires à mieux comprendre la toxicomanie, à renforcer les capacités d'accueil des centres de réadaptation, à améliorer l'éducation sur les dangers et les répercussions de la toxicomanie sur la santé, et à mieux équiper la police pour s'attaquer aux narcotrafiquants.

Le secrétaire général de la NACD - National Authority for Combating Drugs, Meas Vyrith, a déclaré qu'au cours d'un controle routier de nuit, 20% des conducteurs étaient sous l'emprise de stupéfiants. A rappeler qu'au Cambodge, même si pas mal de drogues douces sont plutôt facilement accessibles et tolérées jusque-là, la consommation de toutes les drogues et leur détention sont strictement  interdites par la loi et punies de peines de prison allant jusqu'à un mois et d'amendes allant jusqu'à un million de riels. Le trafic peut entraîner une peine de prison allant jusqu'à vingt ans et une amende pouvant atteindre cinquante millions de riels (environ 12 500$). Le commerce de drogues illicites au Cambodge comprend le cannabis, les méthamphétamines et dérivés, ice, cristal, yaba et l'héroïne. Les trafiquants utilisent des services clandestins en ligne et les fameuses routes du Triangle d'Or. Plus de 70% des drogues arrivant au Cambodge proviennent de cette région du Triangle d'Or qui couvre le Laos, la Thaïlande et le Myanmar. Men Kung, le porte-parole du gouvernement dans la province de Stung Treng, qui borde le Laos, a bien accueilli ce nouveau plan, mais a déclaré à la presse locale qu'il ne serait pas sans défis. "...Nous ne savons pas encore s'il sera efficace. Dans le passé, nous avons fait face à de nombreuses complications, la géographie frontalière compliquée rend le travail difficile...'', a-t-il déclaré.

Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire