mercredi 2 novembre 2016

Virus Zika - Cambodge : Sérieuse inquiétude de l'Institut Pasteur de Phnom Penh

Deux chercheurs de l'Institut Pasteur de Phnom Penh ont conclu que le Cambodge risquait d'être victime de son propre foyer Zika en 2017, conclusion avancée suite aux rapports publiés après l'apparition du virus Zika au Myanmar et à la découverte du premier nouveau-né atteint de microcéphalie au Vietnam. Les résultats semblent corroborés par une récente évaluation des risques menée par l'OMS pour la région, qui indique la possibilité de nouveaux foyers régionaux. Le Royaume a enregistré sept cas de Zika entre 2007 et 2010, mais aucun cas récent n'a été signalé en dépit des épidémies au Vietnam, en Thaïlande et à Singapour.

Le Cambodge risque d'être victime de son propre foyer Zika en 2017. Photographie ADB
Le Cambodge risque d'être victime de son propre foyer Zika en 2017. Photographie ADB
Dans une brève analyse au sujet de virus Zika au Cambodge récemment publiée sur le site de l'Institut Pasteur, le Dr Didier Fontenille et le Dr Philippe Dussart ont conclu que l'année prochaine pourrait être propice  pour une flambée du virus au Cambodge : ''...Le risque Zika est négligeable à l'heure actuelle au Cambodge, mais pas dans les pays voisins, cependant, le risque de flambée au Cambodge en 2017 apparaît élevé...",  indique le rapport. Les deux médecins ont également soutenu que le virus était réapparu au Cambodge en 2015, bien que l'OMS ait déclaré hier qu'elle ignorait ce cas.

Virus Zika - Cambodge : Inquiétude de l'Institut Pasteur de Phnom Penh
Virus Zika - Cambodge : Inquiétude de l'Institut Pasteur de Phnom Penh
Sopha Chum, directeur exécutif de l'ONG Health and Development Alliance, a déclaré au Phnom Penh Post que la capacité du Cambodge à gérer une flambée de Zika serait discutable. ''...De nombreux hôpitaux n'ont pas la capacité de détecter  les cas afin de prévenir une épidémie...'', a-t-il ajouté. Vicky Houssière, chargée des communications de l'OMS au Cambodge, a déclaré au même journal qu'elle n'était pas en mesure de commenter les conclusions de Fontenille et Dussart, mais a souligné que l'évaluation des risques effectuée par l'OMS mettait en évidence la possibilité de nouveaux foyers.

Plus tôt cette année, les responsables ont déployé des scanners thermiques aux aéroports et aux principaux points de contrôle frontaliers.  Des fumigations destinées à éliminer les moustiques potentiellement porteurs du virus ont été effectuées dans les provinces à forte densité de moustiques. Bien que l'Institut Pasteur ait fait allusion au doublement de cas de dengue signalés au cours des cinq premiers mois de l'année, Rithea Leang, responsable national du programme de lutte contre la dengue a déclaré qu'il n'était pas certain qu'il y ait corrélation entre les cas de dengue et le virus Zika.


Enregistrer un commentaire