vendredi 18 novembre 2016

Phnom Penh : Achars et Acharinis rencontrent Hun Sen

Samdech Hun Sèn, Premier ministre du Royaume du Cambodge, a exprimé son soutien ferme à l'importance de la communauté des Achars et Acharinis, dans les cérémonies rituelles bouddhistes et dans la société cambodgienne en général, lors d'une rencontre avec plusieurs centaines de ses représentants à la salle de conférence Chaktomuk, à Phnom Penh cette semaine.

Un Khmer Achar (Acharini au féminin) est, en principe, un laïc, généralement âgé de plus de cinquante ans, qui dirige les cérémonies traditionnelles au Cambodge. Un Achar vit ou a déjà vécu en famille, et se trouve donc à même de conseiller les familles lors des mariages, des naissances et pour tout événement majeur affectant la vie des familles cambodgiennes.

Achar et Acharini rencontrent Hun Sen
Achar et Acharini rencontrent Hun Sen. Photographie AKP
L'Achar n'est pas seulement un conseiller familial pour les membres de la communauté, il est aussi une partie intégrante des nombreuses cérémonies bouddhiques et des fêtes traditionnelles. Plus de 90% de la population cambodgienne fait appel aux Achards, ainsi que l'indique H.E. San Samphoss, chef du Département de Recherche de la Promotion du Bouddhisme : ''...Quand un bébé naît, l'Achar et le moine sont invités à la cérémonie de nommage et quand le bébé grandit, quand il tombe malade, quand il se marie, il a toujours besoin de et fera appel à l'Achar.

Le rôle et l'existence même des Achars sous le régime des Khmers rouges, idéologie oblige, ont largement été menacés. San Samphoss note que, sous les Khmers Rouges : ''...de nombreux documents ont été détruits et les connaissances n'ont pas été transmises...''. En raison de cette destruction, il reste peu d'informations cohérentes sur les devoirs de cérémonie du Achar et sur son rôle dans la communauté. En réponse à la demande croissante de littérature et de documents sur les Achars, le Premier ministre Hun Sen a appelé à des sessions de formation complète ''Achar'' et encourage la publication de manuels de formation . Le Ministère du Culte a été chargé de mettre en œuvre ces initiatives et a créé le Département de Recherche et de Promotion du Bouddhisme. Depuis sa création en février 2011, le département a mené onze séances de formation à environ quatre mille Achars. Mais, avec environ quatre mille cinq cents pagodes à l'échelle nationale, comptant chacune au moins deux Achars à former, il y a encore un long chemin à parcourir...

La demande pour les Achar et Acharini reste encore élevée, donc plus de formation à leur intention est nécessaire, a souligné Samdech Techo Hun Sèn lors de sa rencontre avec les représentants des Achars et Acharinis venus de tout le royaume. Le chef du gouvernement royal a encouragé ''...tous les Achars et Acharini à prêter attention aux coutumes et croyances pratiquées dans certaines régions et à continuer à enrichir leurs connaissances, à faire plus de recherches et à compiler des documents liés à la culture, à la tradition et aux coutumes khmères pour les prochaines générations...''. Le Premier ministre a également conseillé au ministère des Cultes et des Affaires religieuses de continuer à organiser cette rencontre annuelle afin de donner l’occasion aux Achars et Acharini d’échanger leurs idées, leurs connaissances et leurs expériences.

Pays/territoire : Phnom Phen City, Cambodia
Enregistrer un commentaire