dimanche 9 octobre 2016

Politique - Premier Ministre : J’ai pitié de ces perroquets...

NDLR : Faisant très probablement allusion à la décision des députés du CNRP de ne pas participer à la session plénière de l’assemblée national, le premier ministre n'a pas manqué d'ironie pour qualifier l'attitude de ses opposants politiques. L'homme fort du gouvernement reste ainsi sur ses positions qu'il défend depuis le début de ce que la presse appelle aussi ''la guerre des mots'', à savoir que la situation politique est normale et que les quelques secousses proviennent en majorité des démêlés judiciaires des leaders du CNRP... 

Le Premier ministre Samdech Techo Hun Sèn a, lors d'une cérémonie de remise de diplômes à l’Université royale de droit et des sciences économiques, souligné qu’il n’y avait rien de nouveau dans la situation politique au Cambodge et que : ''... la vie politique du royaume ne dépendait parfois que de la langue de quelques personnes. La situation politique est normale. Tendue ou meilleure, cela dépend de la langue de ceux qui parlent. [...] Ceux qui parlent continuent à parler et continueront à le faire...'', a déclaré le chef du gouvernement royal.

Le Premier ministre à l’Université royale de droit et des sciences économiques. Photographie AKP
Le Premier ministre à l’Université royale de droit et des sciences économiques. Photographie AKP
Samdech Techo Hun Sèn a également fait allusion à certaines personnes en les comparant à des perroquets, qui ne font que répéter les déclarations des autres sans réfléchir : ''... J’ai pitié de ces perroquets. Ils répètent seulement ce que les autres disent. S’ils disent que la situation est tendue ou meilleure, ces perroquets le répètent. Tendue ou meilleure, participer ou pas à la session de l’Assemblée nationale, cela n'a pas d'importance. Nous restons les mêmes...'', a précisé le Premier ministre.
Avec C. Nika - AKP Phnom Penh, octobre 2016 –

Pays/territoire : Phnom Penh 12000, Cambodia