mercredi 26 octobre 2016

Livre : Khmers Rouges, quand l'occident avait des doutes...

Michel Strulovici a été de 1975 à 1978 correspondant de «L’Humanité» pour la région indochinoise (avant d'intégrer France 2). Dans son livre «Sorties de guerre», il raconte ce qu’il a vu, et analyse la transformation de ces pays socialistes, le Vietnam, le Cambodge et le Laos en acteurs capitalistes. Si le livre entier est passionnant, le passage concernant le Cambodge est particulièrement poignant. Extrait de l'interview de l'auteur :''...En octobre 1975, j’avais cependant eu un pressentiment en rencontrant un responsable khmer rouge, en escale à Paris. Ce dernier m’avait dit, en me fixant droit dans les yeux: «Nous transformons les hommes, les mains dans la boue des rizières»...En mars 1978, la diffusion internationale d’un reportage télévisé d’une équipe yougoslave, qui s’était rendue sur place, a créé un choc. Grâce aux Vietnamiens, j’ai alors pu aller à la frontière entre les deux pays où il y avait eu des affrontements. J’ai vu l’ampleur des massacres subis côté vietnamien, avec des villageois coupés en morceaux, des bébés passés au fil des baïonnettes. 

Acheter le livre
J’ai pu discuter avec des prisonniers khmers rouges et des réfugiés cambodgiens. Ils m’ont raconté l’horreur. J’ai commencé à mesurer l’étendue du drame. Mais à ce moment-là, on ne pensait pas que les Khmers rouges étaient en train de massacrer 1,8 million de personnes. Soit à peu près un tiers de la population. En ce qui me concerne, le vrai choc, je l’ai eu quand je suis arrivé à Phnom Penh en 1980. Là, j’ai été totalement abasourdi. Les rares survivants m’ont rappelé ceux d’Auschwitz, même si les deux génocides ne sont pas de même nature. J’ai rencontré des gens qui me disaient: «J’ai perdu 25 personnes dans ma famille»...''. Lire l'interview intégrale.

Présentation de l'éditeur
Les guerres, française et américaine, au Vietnam, au Cambodge et au Laos, ont tué, mutilé, martyrisé, des dizaines de millions de personnes dans l'ex-Indochine. Ces conflits de trente ans (1945-1975) ont profondément marqué les consciences, l'imaginaire, de plusieurs générations en Occident. Par sa durée, sa violence et son importance dans l'histoire du XXe siècle, l'onde de choc de cet apocalypse perdure. Sortir de ces guerres, inventer de nouvelles sociétés, s'extirper du communisme de guerre, s'avère être un chemin difficile pour ces peuples de l'ex-Indochine. Michel Strulovici vécut, de 1975 à 1978, dans ces pays comme correspondant du journal L'Humanité pour l'Asie du Sud-Est. Il y revint, par la suite, à de nombreuses reprises. Nous vivons, au plus près des faits, l'enjeu de ces bouleversements qui martyrisèrent une partie du monde. Par ses rencontres avec les acteurs de l'Histoire, dirigeants comme gens du peuple, par ses révélations, Michel Strulovici, nous fait comprendre pourquoi et comment les révolutionnaires vietnamiens et laotiens ont remporté alors cette improbable victoire militaire et politique. Il nous dévoile les causes idéologiques du génocide perpétré au Cambodge par les Khmers rouges. Il nous donne les raisons de l'étonnante transformation des dirigeants de ces pays "socialistes" en apôtres du capitalisme le plus brutal et nous fait vivre son impact sur l'ensemble de ces sociétés par l'histoire de certaines de leurs personnalités.

Biographie de l'auteur
Michel Strulovici, sociologue de formation, fut journaliste à La Nouvelle Critique, puis à L'Humanité de 1975 à 1981. Pendant trois ans, correspondant permanent au Vietnam, Laos et Cambodge. En 1982, il intégra la Rédaction d'Antenne 2 (plus tard France2) comme grand reporter au service de politique étrangère. Il y occupera les fonctions de Rédacteur en chef de Télématin, de l'Assiette anglaise, des éditions de la Nuit, des éditions du week-end et de chef du service Culture de la Rédaction.


Pays/territoire : Cambodia