mercredi 21 septembre 2016

Tension - Politique - Cambodge : Deux pas vers l'apaisement...

Alors enlisés dans un dialogue politique alimentés par les menaces des uns des autres, de manifestations d'un coté, d'interdiction et de répression de l'autre, les députés de l'opposition envisagent de mettre fin à quatre mois de boycott parlementaire. La déclaration a été faite ce mardi par le député CNRP Son Chhay qui argumente que : ''...Le Premier ministre Hun Sen a indiqué récemment qu'il préférait le dialogue à la menace de manifestations de masse, c'est une indication favorable. Il est peut-être temps de mettre fin à nos différences dans l’intérêt de chacun des partis...''. 

Le Premier Ministre à Chhèp, lors d'une tournée. Photographie AKP
Le Premier Ministre à Chhèp, lors d'une tournée. Photographie AKP
Alors que Son Chhay déclarait ce retour des députés vers l'Assemblée nationale, le parti ne semblait pas tout à fait prêt à enterrer la hache de guerre, annonçant que les parlementaires avaient l'intention de demander rapidement le limogeage de certains des  ministres du gouvernement. Le CPP détient actuellement soixante-huit sièges à l'Assemblée nationale, tandis que le CNRP en a cinquante-cinq. ''...Une proposition visant à limoger un ministre requiert trente voix, et nous souhaitons que le ministre de la Santé Mam Bun Heng parte de son poste car il n'est pas à la hauteur de la fonction...Le Ministre de la Santé sera interrogé, et si nous ne sommes pas satisfaits de ses réponses, nous allons voter pour qu'il soit démis de ses fonctions...si notre proposition n'aboutit pas, notre message sera au moins transmis et il est vraiment souhaitable qu'un grand débat s'installe sur les problèmes de santé dans le pays....'', a indiqué Son Chhay qui tenait aussi à préciser que la décision du CNRP de mettre fin au boycott était un réel effort pour rouvrir un dialogue avec Hun Sen et le parti au pouvoir. 

Mais la décision intervient alors que  plusieurs députés de l'opposition et des militants anti-gouvernementaux sont toujours en prison. L'annonce de Son Chhay a été faite lors d'une visite avec les députés de l'opposition Um Sam An et le sénateur Hong Sok Hour et d'autres militants qui sont détenus dans la prison de Prey Saar.

Alors que Son Chhay était en réunion avec des collègues à Prey Sar, le premier ministre, lui, vantait les vertus de la paix et son règne de trente-et un ans sur le pays dans une lettre ouverte commémorant la Journée Internationale de la Paix ce mercredi : "...Nous devons recourir à une culture de non-violence, et observer la plus grande retenue, faire preuve de compréhension mutuelle, maintenir l'ordre public, respecter la loi et participer à la résolution des problèmes par des voies pacifiques...'', écrit le Premier Ministre. 

Lundi, toutefois, alors que le CNRP menaçait d'organiser une manifestation de masse dans les prochaines semaines, l'homme fort du pays menaçait de sévir contre les manifestants et avait affirmé vouloir exclure toute négociation : "...Vous ne pouvez pas nous menacer avec ces manifestations. Permettez-moi de préciser que cela ne va pas fonctionner de cette façon. Je vais donner des ordres pour des contre-manifestations. Vous apprécierez le droit de manifester, pourquoi ne devrions-nous réserver le droit de riposter ?...'', avait lancé Hun Sen visiblement énervé par les appels aux manifestations du leader de l’opposition Sokha, lui-même probablement énervé également par sa toute récente condamnation à cinq mois de prison dans une affaire de mœurs. 

Les dernières déclarations tendraient à croire que la tension politique est à même de s'apaiser, ce serait peut-être l'ultime espoir d'une réconciliation au moins polie et constructive alors que ces dernières semaines voyaient une escalade verbale plutôt inquiétante entre les deux opposants.
Avec l'aimable autorisation de RFA - Vuthy Tha et Nareth Muong, Brooks Boliek

Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire