lundi 12 septembre 2016

Justice : Kem Sokha, condamné à cinq mois de prison, prêt à provoquer des manifestations de masse

Condamné vendredi à cinq mois de prison pour avoir refusé de comparaître dans l'affaire de prostitution pour laquelle il était cité à comparaître à plusieurs reprises, le leader de l'opposition Kem Sokha a publiquement et violemment critiqué la magistrature aujourd'hui en déclarant que la décision du tribunal était purement politique. Le député a aussi mis en garde le gouvernement contre des manifestations de masse si le parti au pouvoir refusait de dialoguer sur la résolution des questions politiques en cours.

Kem Sokha. Photographie Reuters
Prenant la parole devant ses partisans au siège du CNRP, M. Sokha a violemment dénoncé sa condamnation, vilipendé les magistrats et avancé qu'il n'était pas possible d'obtenir justice dans le royaume, faisant un parallèle entre son affaire, celles d'autres députés et celles frappant des militants des droits fonciers. Cette condamnation, sauf s'il fait appel et obtient gain de cause, le frappe d'inéligibilité et lui interdit donc l'accès aux élections communales de l'année prochaine et aux législatives de 2018. Elle devrait, en principe, aussi, précéder son arrestation. Toutefois, le député a déclaré qu'il souhaitait toujours démarrer des négociations avec le CPP et voir un règlement amiable des contentieux politiques avec le parti au pouvoir

Dans un communiqué publié vendredi, le CNRP réfutait, ce n'est pas une surprise, le verdict du tribunal et déclarait que la parti poursuivrait sa campagne pour faire tomber la condamnation de leur leader et d'autres militants. A défaut d'obtenir gain de cause, M.Sokha a indiqué qu'il ferait appel à la communauté internationale...et inviterait aussi la population à des manifestations de masse pacifiques.

Le porte-parole du ministère de la Justice Kim Sontepheap a publié une lettre samedi soulignant que M. Sokha n'avait pas rempli son obligation de citoyen en se rendant aux convocations successives et qu'il était devenu un criminel, mais aussi un mauvais exemple pour le peuple. M. Sontepheap a également précisé que M. Sokha disposait d'un mois pour faire appel du verdict à compter de vendredi dernier. Chan Chen, l'un des cinq avocats de M. Sokha, a déclaré qu'ils avaient décidé de faire appel du verdict.


Pays/territoire : Phnom Penh 12000, Cambodia
Enregistrer un commentaire