dimanche 4 septembre 2016

Cambodge - Contes et Légendes : Pourquoi les animaux ont-ils une queue ?

Nota : cette histoire a été adaptée d'un conte africain et ne peut donc prétendre être une pure légende contemporaine du Cambodge. En effet, la structure des contes khmers est bien spécifique. Plusieurs ouvrages de Monod  et de Solange Thierry traitent de leurs traditions et l'Institut Bouddhiste, à l'époque du Sangkhum, en a fait paraître une douzaine d'ouvrages en khmer. Mme Pich Proeung, écrivaine cambodgienne et Directrice de l'association Domrei Sor a mené avec beaucoup de discrétion, un long travail de sensibilisation  à la lecture auprès des enfants khmers, et c'était pour moi, une manière non déguisée de rendre hommage à cette grande dame. Elle a publié ce texte sous le titre" belles histoires pour les enfants" puis a travaillé pour la reconnaissance des auteurs et des illustrateurs, et a largement participé à la diffusion des contes khmers traditionnels. 
Marie Christine Uguen .

Le conte :
Brahma, dieu de toute création, avait peu de distraction. Pour se changer les idées, il aimait avant tout venir sur terre admirer son œuvre. La tranquillité de la forêt, le ruissellement reposant de la rivière, il était enchanté. Mais tout cela manquait de vie, de mouvement!  Il inventa donc les animaux et leur donna différentes couleurs et formes variées pour plus de vie. Il était ravi : éléphant, tigre, cerf, oiseau et renard, tout le monde vivait en harmonie! Chaque animal était unique et heureux, le tableau était parfait. Un petit détail tout de même, aucun d'entre eux n'avait de queue.

Femelle macaque à longue queue avec son petit. Photographie par Amaury Laporte (CC)
Certes, l'idée lui en était bien venue mais après avoir mûrement réfléchi, il ne voyait de quelle utilité cela pouvait être.  Brahna était tellement content de lui qu'il ne s'arrêta pas là. 
- Très bien, puisque les gros animaux donnent de la vie sur la terre, essayons maintenant de créer des êtres si petits qu'on les voit à peine. Ils vivront sous la terre ou dans les buissons et seront indispensable à l'équilibre que je viens de créer.
Aussitôt dit, aussitôt fait. Ainsi insectes, souris et serpents virent le jour. Une de ses créatures était tellement ravie qu'elle demanda à Brahma ce qu'elle pouvait faire pour la remercier.
- Gentille araignée, puisqu'ainsi je t'ai baptisée, j'ai une idée. Puisque tu as le don de tisser une toile et de produire du fil à volonté, tu seras mon lien avec la Terre. A chaque fois que les animaux souhaiteront me parler, tu viendras me voir et nous en parlerons. Tu seras notre messager. L'araignée était très heureuse et aussi très flattée de cette nouvelle charge.

Ainsi, tous les animaux vécurent en totale harmonie. Mais Brahma, qui se trouvait décidément génial, fut bientôt emporté par sa créativité. Il inventa donc un autre animal volant, qui faisait de la musique en volant. Il lui donna le nom de moustique. Il était sûr que celui-ci serait bien accueilli par les autres animaux. Mais cela ne fut pas le cas. Certes, au début, ils furent tous contents:
- Tiens, c'est agréable cette petite musique!
Mais en très peu de temps, cela tourna au cauchemar:
- Allez, dit le bœuf au moustique, va faire du bruit ailleurs que dans mes oreilles!
- Ça suffit, grogna le singe, va jouer ailleurs qu'autour de mes yeux!
Furieux d'être ainsi rejeté, le moustique piqua le singe. Il aspira... et trouva le sang de ses voisins très bon! La guerre venait d'être déclarée. Les moustiques devinrent bientôt insupportables et se mirent à piquer tout le monde. Et comme ils se reproduisaient à une vitesse impressionnante, personne n'était épargné. Les animaux tinrent conseil et décidèrent d'envoyer l'araignée pour chercher Brahma. Il écouta les plaintes de ses créatures et promit de trouver une solution. Elle lui vont tout naturellement:
- Voilà à quoi pourrait servir une queue! En bougeant leur queue, les animaux pourraient chasser les moustiques!
Il rappela l'araignée et lui dit:
- J'ai trouvé la solution à vos problèmes. Dis aux autres de venir demain soir, jour de pleine lune, dans la grotte où l'on trouve refuge les jours de pluie. Il y aura une grande distribution de queues et tout le monde pourra choisir celle qu'il veut. Rendez-vous fut donc pris. Le lendemain soir, tous les animaux se retrouvèrent dans la grotte et si cela n'alla pas sans quelques chamailleries, tout le monde trouva son bonheur. Tout le monde? Pas vraiment.
En effet, le lapin, malgré les insistances de ses amis, préférait rester à paresser et disait tout le temps:
- J'ai le temps, j'ai le temps! J'irai plus tard!
Puis la nuit vint, et le lapin s'inquiéta tout de même un peu. Par chance, il aperçut le renard:
- Eh renard? Où tu vas?
- Je cours vers la grotte pour aller chercher une queue!
- Tu veux bien en prendre une pour moi? S'il te plaît!!
- Je ne comprends pas pourquoi tu n'y vas pas toi-même, mais d'accord, je veux bien te rendre service!
- Merci!
Et le renard reprit sa route vers la grotte tandis que le lapin reprenait sa sieste. Mais le renard traîna en route et il arriva si tard à la grotte qu'il ne trouva plus qu'une queue qui, par chance, lui allait parfaitement.
- Bon, c'est bien... Mais le lapin? Qu'est-ce que je vais lui ramener?
Cherchant alors désespérément dans tous les coins, il aperçut une boule de poils et s'en saisit. Il retourna vers la forêt et retrouva le lapin.
- Tiens, lui dit-il. C'est tout ce qui restait!
- Quoi? Mais qu'est-ce que tu veux que je fasses de ça? Ça ne changera rien pour les moustiques, ça!
Le renard, vexé, lui répondit:
- Voilà bien une leçon pour toi. Tu apprendras désormais qu'on n'est jamais si bien que par soi-même et surtout apprends à aimer ce que tu as. 

Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire