dimanche 11 septembre 2016

Cambodge - Chroniques de Barang : Sihanoukville ou le côté obscur de la Force

Proposé par Thierry Descamps, belge récemment installé au Cambodge, et qui se définit comme un "néo-expat", quelques chroniques des petits aléas de la vie d'un expatrié débarquant dans le royaume. C'est bien vu, exprimé comme un candide, sans prétention et probablement utile pour ceux qui souhaiteraient en savoir un peu plus sur l'expatriation au Cambodge. Aujourd'hui : Sihanoukville ou le côté obscur de la Force

Je l’ai dit, écrit et je le pense. J’adore le Cambodge ! Mais c’est comme dans “Star Wars” où il y a le côté obscur de la Force. Ici, il y a la face sombre du royaume. Et notamment une grosse verrue : Sihanoukville (Kompong Som). C’est pas vraiment de sa faute. Après la guerre le pays était vitrifié. Il ne restait ...rien. Même pas d’habitants. Encore un immense ''merci'' aux américains et à M. Kissinger et Nixon, les responsables de cet holocauste qui ne seront jamais jugés. J’y reviendrai … Curieusement les Khmers Rouges dans leur fuite éperdue vers les forêts des Cardamomes pour échapper aux vietnamiens, ont épargné Sihanoukville, probablement parce que c’était l'un des derniers accès au pays via son port de mer pour l’approvisionnement par la marine chinoise. Comme c’était au bord de la mer, que les immeubles tenaient debout et qu’on trouvait des îles paradisiaques au large c’est devenu dans les années 90, la Mecque des backpackers fatigués de Katmandu et Goa. Avec le retour des réfugiés il a bien fallu que ceux qui ne trouvaient pas de travail dans les “guesthouses” pour des salaires de misère assurent leur subsistance. Et leurs enfants sont devenus filles de joie ou lady­boys. On a vu arriver aussi des vieux messieurs pansus et dégarnis n’ayant pas franchement le look d’aventuriers mais plutôt venus chasser des proies juvéniles. 

Sihanoukville. Photographie par Miguel (CC)
Sihanoukville. Photographie par Miguel (CC)
Toute cette misère humaine a amené de la drogue en quantités industrielles (on trouve de tout à Sihanouk : shit, ganja, héroïne, PCP, Viagra de contrebande, amphétamines, éventail complet des drogues de synthèse...). Et la mafia russe est arrivée dans la foulée… La moitié des enseignes de bars sur Serendipity Beach sont écrites en khmer ...et en alphabet cyrillique ! On peut y faire absolument n’importe quoi … du moment qu’on paie. Des immeubles sur un terrain qui ne vous appartient pas ou plus récemment un port (!) pour une flotte de bateaux de plaisance reliant la ville aux îles sans que personne ne soit (théoriquement) au courant. Là c’était tellement gros que les autorités ont été obligées de réagir (mollement). En théorie toujours, le port devrait être détruit par son promoteur et la plage sur laquelle il l’a construit remise dans son état d’origine. Je pouffe …

A Sihanoukville vous croiserez souvent une Bentley noire aux vitres teintées ...sans plaques d’immatriculation. Tout le monde sait qui c’est, mais ça doit amuser le propriétaire de montrer ainsi son statut d’intouchable. Si vous faites transiter des marchandises par la zone portuaire et que vous n’avez pas les bonnes connexions vous verrez peut être votre commande dans un an ou deux. Il y a des droits de douane (assez élevés) mais aussi des “petits suppléments” difficiles à chiffrer qui atteignent régulièrement des sommes conséquentes. Je ne parlerai même pas du quartier de Victory Hill. De jour c’est un cloaque. De nuit je n’ai même pas osé y mettre les pieds … La suite ? Mieux et plus gros ! J’ai entendu dire (mais on raconte tant de choses) qu’on allait implanter quinze (15) casinos (pourquoi pas 16, je ne sais pas) à Ream à proximité de l’aéroport de Sihanoukville en bordure de réserve naturelle (ben voyons ...). Le projet est né des restrictions et taxes imposées aux joueurs de Macao, de Thailande, de Hong Kong et des Philippines. Les plans sont prêts et ont été réalisés par la société d’ingénierie qui a dessiné l’essentiel du nouveau Strip de Vegas.Il y a quelques petits soucis mais ils ne vont pas s’arrêter à ces broutilles. Le site de Ream, encadré de hautes collines, débouchant sur la mer et anciennement paradisiaque, est un marécage. On a donc imaginé une sorte de chape flottante sur bambous (si j’ai bien compris). Pourquoi pas ? mais il va falloir y aller à la pelleteuse vu que les mastodontes de chantier utilisés pour ce genre d’infrastructure vont s’enliser et probablement couler. Pas grave il y aura toujours des coolies pour les remettre sur roues avec leurs petites mains industrieuses. 

Je ne voudrais pas noircir exagérément le tableau puisqu’après tout j’ai pas mal de copains qui s’y trouvent très bien et qu' Otres reste une plage sympathique et (un peu) à l’abri des délires urbanistiques ou autres “Pattaya style facilities”. Mais j’ai une question idiote : Vu les prévisions de croissance de la population touristique, les projets de mega­condos et le déferlement attendu des russes par charters directs Moscou­ - Sihanoukville, les eaux “usées”, on va les mettre où ?

Pays/territoire : Krong Preah Sihanouk, Cambodia
Enregistrer un commentaire