samedi 20 août 2016

Nouvelles - Lek Issan : La vendeuse de Yaba

Début d'une petite série de nouvelles écrites par un français vivant en Thailande depuis de longues années et ayant décidé de conter quelques histoires, histoires insolites, histoires vraies...puisées à partir de faits divers, d'observations, de témoignages et d'histoires vécues. Si cela se passe chez le voisin thaïlandais, le lecteur découvrira toutefois, et probablement souvent, quelques similitudes avec le Cambodge au sujet des déboires ou aventures de ces expatriés d'Asie du Sud-est. Aujourd'hui, histoire sans expats : La vendeuse de Yaba.

Petit village de Thailande
Petit village de Thailande
Originaire d'une famille très pauvre Supranee, mariée a un paysan aussi démuni qu'elle et mère de trois enfants, eu l'idée de dealer du Yaba pour s'enrichir. A cette époque (1996) , dans ce district campagnard de la province d'Ubon les paysans consommaient surtout de la marijuana ou du lao kao (alcool de riz au goût infect). Le Yaba (traduction thaï de pilule qui rend fou, en fait un amphétamine mal raffiné) personne ne connaissait a l'époque. Certes, dans les grandes villes la jeunesse en prenait souvent avant de partir s'éclater en boite de nuit mais la drogue n'avait pas atteint les bourgs endormis. Avec Supranee les choses allaient changer.

Elle partit donc a la frontière Laotienne se constituer un stock grâce a l'argent qu'elle avait durement gagné a trimer dans les rizières sous un soleil de plomb. Revenue au bled, elle distribua gratuitement 10% de ses cachets au collégiens pour leur faire goûter. Ces derniers, appréciant l'effet, lui en redemandèrent et elle revendit les 90% restant dix fois plus cher que ce qu'elle l'avait payée. Elle réinvestit immédiatement cet argent facilement gagné dans un nouveau stock beaucoup plus important que le précèdent qu'elle revendit très vite et ainsi de suite. Supranee venait de lancer une nouvelle mode, la mode du Yaba. Au bout de quelques mois elle partit pour Ubon, se rendit au magasin de voiture, s'acheta le plus beau pick-up qui s'y trouvait et manqua de faire s'évanouir le vendeur en déversant sur son bureau un sac de voyage rempli de liasse de billet de mille bahts (environ 20 euros, la plus grosse coupure que l'on trouve en Thaïlande).

Un an après Supranee possédait, en plus du pick-up, la plus jolie maison du village, deux autres voitures, un compte en banque garni de plusieurs millions de bahts (et ou elle devait emmener sa fille, une collégienne de 13 ans, à chaque fois qu'elle voulait retirer de l'argent car cette nouvelle millionnaire savait a peine lire et écrire et était incapable de comprendre le fonctionnement d'un distributeur de billets) et elle était propriétaire de 140 rai de rizières (1 rai égal 1600 mètres carrés). La police commença a s'intéresser sérieusement à elle.
Tout d'abord Supranee s'aperçue que lorsqu'elle prenait son pick up, une autre voiture garée un peu plus loin démarrait en même temps qu'elle et se mettait a la suivre. Elle ne mit pas longtemps à comprendre que les deux types a l'intérieur étaient des flics en civil. Puis ce fut les descentes. Deux ou trois fois par semaine une dizaine de flics, en uniforme ceux-là, se pointaient chez elle, fouillaient partout et, après avoir mit tout en bordel, repartaient sans ranger. Une fois elle commença à protester mais le policier à qui elle s'adressa lui mit un baffe retentissante en lui disant "...Ta gueule p........e, on finira bien par trouver ou tu cache la drogue". Depuis elle laissa saccager sa maison sans protester et arrêta de vendre du Yaba.

Un jour, elle se rendit au commissariat et demanda à parler au plus haut gradé présent. On la conduisit au bureau du commandant Thanit. Elle proposa de se tenir à carreaux et de verser trois millions de baths sur le compte en banque du policier. Celui-ci lui répondit que c'était un peu tard et que, si elle lui avait proposé de l'argent au début, il l'aurait accepté bien sur mais que comme il n'avait rien vu venir, il avait envoyé un rapport à la brigade des stups de Bangkok et que d'ailleurs les deux flics qui la suivait en voiture en faisait partie et, à ce titre ne dépendaient pas de lui. Et qu'aussi ils étaient en train d'intimider les consommateurs pour les pousser à témoigner contre elle. Supranee comprit qu'elle était foutue.

Elle transféra la totalité de son argent sur deux comptes nouvellement ouvert, l'un au nom de son mari, l'autre a celui de sa fille de dix neuf ans. Elle distribua toutes ses terres et ses trois voitures a son mari et a ses enfants. Après elle divorça en prenant tous les torts et laissa la garde des deux autres enfants mineurs à son mari. Puis elle se rendit au commissariat et se dénonça. Elle fut condamnée à quinze ans de prison. Sa famille gardait alors tous ses biens mal acquis. Thanit a été félicité par sa hiérarchie pour avoir arrêter une grande trafiquante de drogue. Sa famille, reconnaissante, lui rendit régulièrement visite jusqu'en 2003 date à laquelle elle a disparu. Il ne leur fut plus possible de la voir. Alors les gens se posèrent des questions. Lui refuse-t'on les visites ? S'est-elle évadée ? A-t'elle été assassinée ? Beaucoup de gens pensaient que le commandant Thanit l'avait fait disparaître pour éviter qu'elle ne parle. Elle lui aurait laissé beaucoup d'argent à lui aussi pour qu'il foute la paix à sa famille.

Il est vrai que, peu après l'arrestation de Supranee, lui aussi est allé s'acheter une voiture neuve. Et tout comme elle, il l'a payée cash. En Thaïlande un commandant de Police gagne 25 000 baths (500 euros) par mois et un beau pick-up neuf coûte environ 600 000 baths (12 000 euros). Cependant, toutes ses rumeurs se révélèrent infondées car en septembre 2008, Supranee a été libérée après avoir passée une dizaine d'année en prison. elle s'est depuis remariée avec son ancien époux. C'était elle qui avait demandé à sa famille d'arrêter les visites pour éviter de trop attirer l'attention sur eux. Ses trois enfants, qui ont tous pu se payer des études avec l'argent du Yaba, ont maintenant de bons emplois et s'occupent de leur Maman qui jouit à présent d'une retraite bien méritée aux cotés de son tendre et aimant mari.

Aujourd'hui plein de gens vendent du Yaba dans le district mais, du fait de la concurrence, aucun n'a réussi a s'enrichir comme Supranee.

Pays/territoire : Ubon Ratchathani, Thailand
Enregistrer un commentaire