lundi 11 juillet 2016

Meurtre de Kem Ley : Les réactions...

Le Département d'Etat américain, premier représentant d'une puissance étrangère à se manifester, a publié hier une déclaration présentant ses condoléances à l'occasion de la mort du commentateur politique  Kem Ley, et exhortant le gouvernement à mener une enquête indépendante. Dans un communiqué de presse en date du 10 Juillet, le Département d'Etat déclare qu'il est profondément préoccupé par cet assassinat tragique : "...Nous suivons l'évolution de cette affaire de près, en notant l'appel du gouvernement cambodgien pour une enquête transparente, et nous demandons instamment que les autorités assurent ce processus de façon impartiale...'', a indiqué le porte-parole du Département américain, Jonh Kirby.

La procession de la dépouille de Kem Ley vers Chroy Chongva. Photographie SBS
Bien que le tireur ait été arrêté, beaucoup de Cambodgiens se sont exprimés dans les médias sociaux pour mettre en doute le caractère personnel, une dette d'argent, comme ayant motivé l'assassinat. Les réactions sont allées des plus sobres et des plus émouvantes, rappelant la personnalité unique de la victime et la grande qualité de son travail, aux plus indécentes, certains faisant même leur propagande personnelle autour de cet événement tragique. Plusieurs représentants d'ONG ont exprimé leur tristesse et leur regret face à la perte d'un homme à l'analyse pertinente et sans à priori, n'hésitant pas à fustiger le parti et au pouvoir mais aussi le CNRP. 

A travers l'agence de presse gouvernementale, Le ministère de l’Intérieur a exprimé ses sincères condoléances à la famille du Dr Kèm Ley, ''un éminent analyste politique qui a été abattu hier'', et a condamné cet assassinat. Dans un communiqué de presse daté du 10 juillet, le ministère de l’Intérieur a fermement condamné ce cruel assassinat et a promis de continuer à mener une enquête approfondie afin de traduire le criminel et ses complices en justice. Le ministère de l’Intérieur a appelé les communautés  et les médias à éviter la ''diffusion d'informations peu claires de nature à tromper le public'', et à laisser les autorités compétentes continuer leur travail d'investigation.

Lors de l'inauguration d'un nouveau bâtiment pour la police militaire nationale, le Premier ministre Hun Sen, ce matin, a exhorté les politiciens à ne pas donner de coloration politique à ce tragique événement et de ne pas blâmer le gouvernement : ''...Qui bénéficierait d'une telle tragédie alors que le gouvernement tient un discours de stabilité et de sécurité ?'', s'est interrogé le premier ministre sur sa page Facebook.

De son coté, Sam Rainsy, et ce n'est pas une surprise, rappelle que Kem Ley était un fils du Cambodge qui avait participé activement à la lutte pour la démocratie et la justice au Cambodge. Le leader de l'opposition, toujours en exil, affirme que derrière l'assassinat se cache une motivation politique, rappelant également les morts tragiques de Chea Vichea et Chhut Vuthy. Pour conclure, Sam Rainsy parle de ''terrorisme d'état'' derrière cette dernière tragédie.

Le tireur présumé arrêté hier dit à la police que son nom était Choub samlab, ce qui signifie "se réunir pour tuer» en langue khmère. L'homme continue d'affirmer que le motif de l'assassinat est une dette de trois mille dollars que sa victime ne parvenait pas à rembourser. Ly Sophanna, un porte-parole du tribunal municipal de Phnom Penh, a déclaré lundi matin que le tireur était encore au poste de police municipale pour un complément d'enquête. Le corps de M. Ley repose à présent à la pagode Wat Chas, dans le district de Chroy Chongva. Lors de la procession, environ trente mille personnes ont accompagné le défunt depuis le lieu du crime jusqu'à la pagode. La famille a indiqué qu'il serait incinéré dans dix  jours afin de donner du  temps pour le deuil, et permettre à la famille et aux sympathisants de venir présenter leurs condoléances.


Pays/territoire : Phnom Penh 12000, Cambodia
Enregistrer un commentaire