mardi 26 juillet 2016

Funérailles de Kem Ley : Emotion nationale et réactions

Des centaines de milliers de Cambodgiens en deuil ont tenu à rendre un dernier hommage à l'analyste politique Kem Ley ce dimanche, deux semaines après son assassinat qui a choqué toute la nation. Deux millions de personnes, d'après le service presse RFA, sont venues contempler le cercueil de verre recouvert de fleurs de la victime transportée religieusement depuis Watt Bodhiyaram dans la capitale Phnom Penh jusqu'à son village natal dans la province de Takeo.

Deux millions de personnes auraient joint la procession ce dimanche
Cambodgiens de tous horizons se sont joints à la procession funèbre pour son dernier voyage, se tenant des deux cotés du cortège, proposant des vivres, des fruits et des boissons aux membres de la procession.  Kem Ley, a également été honoré à travers quelques rassemblements pacifiques dans le pays. Dans un climat de tension politique, les réactions ont été sans surprise : ''...Les autorités doivent lancer une enquête avec la participation d'experts indépendants pour révéler la vérité...", a déclaré Eng Chay Eang, du Parti du renouveau national (CNRP), et qui avait rejoint le cortège funèbre.

Le Premier ministre Hun Sen n'a fait aucune déclaration officielle sur les funérailles de Kem Ley, mais Sok Eysan, un porte-parole du CPP, a déploré la perte d'un éminent savant et d'un intellectuel dont les avis politiques avaient parfois inspiré le parti au pouvoir. "...Nous ferons les efforts nécessaires pour encourager les autorités à enquêter sur le meurtrier. Nous espérons que l'âme du Dr Kem Ley va reposer en paix...'', a déclaré le porte-parole.

Le Palais Royal a également honoré Kem Ley, le qualifiant de ''...héros qui savait exprimer des opinions avec des mots en or et, donnant un aperçu pertinent sur la société cambodgienne grâce à la qualité de ses analyses."

Aucune télévision cambodgienne n'a toutefois retransmis les images des funérailles, prétextant un emploi du temps trop chargé.

NDLE : Du coté de la rue, plusieurs versions circulent quant à la nature de l'assassinat, politique pour beaucoup avec à l'évidence l'opposition qui pointe le gouvernement du doigt, sans surprise. D'autres suggèrent que cela pourrait aussi être un acte politique mais isolé alors que la version d'un complot ourdi par des éléments extérieurs compte quelques adeptes. Du coté du gouvernement, on souligne que l'assassin a été arrêté et que, s'il y avait des commanditaires, il faudrait se poser la question : ''A qui profite le crime ?''.
Source - Extraits : Service Khmer de RFA. Traductions :Yanny Hin, Paul Eckert et Christophe Gargiulo.

Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire