lundi 13 juin 2016

Politique - Tensions - Premier Ministre : Pas de discussions avec l'opposition pour l'instant

Le Premier ministre Hun Sen a rejeté la possibilité d'un dialogue avec l'opposition dans l'immédiat, balayant ainsi les récents appels au dialogue lancés par le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, et l'Union européenne. Le Premier ministre a également indiqué fermement qu'il n'y aurait pas de négociations sur les contentieux liés aux problèmes judiciaires auxquels font actuellement face des représentants et des partisans de l'opposition.

Le Premier ministre Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn
Dans une interview avec le journal en ligne Khmer Fresh News ce samedi soir, le Premier ministre précisait aussi qu'il n'y aurait pas de négociations entre le Parti du peuple cambodgien et le CNRP, arguant que ''...toute discussion aurait une incidence sur le tribunal, les procédures en cours et l’indépendance de la justice...''. Le leader a également déploré de vive voix le boycott par les députés de l'opposition de la dernière session de l'Assemblée Nationale au cours de laquelle l'indépendance de la justice avait fait l'objet d'un exposé du ministre et d'un débat.

Le porte-parole du CNRP Yim Sovann déclarait également ce samedi que son parti espérait résoudre les problèmes politiques par le biais du dialogue, et voulait débattre de la répression frappant les membres et responsables du parti de l'opposition. Le porte-parole a également fait savoir qu'ils voulaient aussi négocier le retour de M. Rainsy.

Toutefois, le gouvernement semble demeurer inflexible tant sur le sort de Sam Rainsy que sur celui de Kem Sokha, considérant que ce dernier était un témoin clé dans affaire criminelle et que, n'ayant pas daigné se présenter aux convocations du tribunal, il s'était mis lui-même hors-la-loi, pour reprendre les termes de la déclaration du gouvernement publiée après les appels de Ban Ki-moon. "...Cela explique la raison pour laquelle les forces de l'ordre ont pris des mesures pour amener - pas arrêter - M. Kem Sokha à témoigner devant la cour...'', a déclaré M. Sokhorn. Il a également réfuté l'idée selon laquelle le gouvernement était derrière la violence et les détentions.


Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire