jeudi 16 juin 2016

Politique : Rebondissements dans l'affaire Sokha et la pétition du CNRP

Kem Sokha, le président par intérim du parti d'opposition au Cambodge National Rescue (CNRP), a ignoré sa troisième sommation signifiée par la cour municipale de Phnom Penh. Pendant ce temps, le groupe de travail chargé de l'examen et de la vérification des empreintes digitales des citoyens a confirmé que certaines irrégularités ont été constatées dans la pétition du CNRP réclamant l'intervention du roi pour mettre fin aux tensions politiques.

Recueil de signatures - empreintes. Photographie par Khmer Circle រង្វង់ខ្មែរ
M. Sokha a été une nouvelle fois cité à comparaître hier, et a également refusé d'assister à l'audience de la Cour municipale de Phnom Penh. M. Sokha est, en principe, convoqué comme simple témoin dans une affaire de prostitution impliquant sa maîtresse présumée. Trois de ses avocats le représentaient.  L'un des avocats de M. Sokha, Chan Chen, a déclaré à la presse que, bien que M. Sokha ne se rende pas à la convocation, les avocats ont rencontré le juge d'instruction afin de clarifier la raison de son refus de comparaître. Ly Sophanna, un porte-parole du tribunal municipal de Phnom Penh, a déclaré que le juge d'instruction, Thann Leng, avait examiné le cas de M. Sokha et qu'il continuerait d'enquêter, mais sans donner de détails sur cette procédure.

Répondant aux questions des journalistes devant des partisans au siège du CNRP, Eng Chhay Eang, membre du parti, a déclaré qu'il était optimiste et, que M. Sokha ne serait certainement pas arrêté car ''le parti au pouvoir et l'opposition ne veulent pas que la situation politique se détériore encore'' . "...Nous croyons toujours que les deux parties peuvent se rencontrer . Les conflits politiques ne peuventt pas se régler par la force et par les armes, seule la négociation peut mettre fin à la crise politique...", a-t-il dit. Toutefois, ce week-end, le premier ministre a réaffirmé son intention de ne pas ouvrir la porte aux discussions avec l'opposition, arguant que cela constituerait une interférence avec le processus judiciaire en cours.

Concernant la vérification des empreintes digitales de la pétition royale, le chef de police national adjoint Kang Sokhorn a déclaré que l'équipe avait trouvé des irrégularités avec la pétition, notamment avec de nombreuses empreintes digitales étrangement similaires. "Certains noms n'avaient pas d’empreintes. Certaines empreintes ne sont pas nommées, et certains noms avec empreintes étaient sans adresse, de sorte que nous ne pouvions pas les identifier clairement. Nous avons aussi trouvé la même empreinte pour beaucoup de noms différents", a déclaré M. Sokhorn, ajoutant que seulement la moitié de la pétition avait été examinée et que le groupe de travail livrera ses conclusions une fois 80% de la pétition passée en revue.

Les forces de l'ordre s'étaient regroupés depuis hier face au quartier général du CNRP, là ou se trouve actuellement M. Sokha ''protégé'' par ses partisans.


Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire