dimanche 26 juin 2016

Politique : Kem Sokha appelle à des pourparlers et s'en prend au premier ministre

Après un mois terré dans son bureau au siège de son parti pour éviter son arrestation, le leader de l'opposition cambodgienne Kem Sokha a déclaré, dans un entretien avec le South China Morning Post, que le Premier ministre Hun Sen avait peur de perdre les élections de 2018. Kem Sokha a néanmoins appelé à des pourparlers de «réconciliation nationale» pour mettre fin à une crise qui, selon lui, pourrait facilement dégénérer.

Kem Sokha. Photographie SBS
"...Je pense que le premier ministre a peur de la défaite aux élections...'', a déclaré Sokha dans sa première interview depuis qu'il vit reclus au siège du parti. "...Sa stratégie est de supprimer la direction du parti de l'opposition, alors maintenant il me vise....", indique le leader du CNRP. Sokha est devenu le chef par intérim du CNRP lorsque le chef du parti, Sam Rainsy, a été contraint à l'exil en fin d'année dernière, également pour éviter son arrestation. Sokha insiste en déclarant que le ''...CNRP gagnerait en 2018, même si le vote n'était pas libre pas libre ou équitable, parce que les gens veulent du changement après 30 ans sous Hun Sen et son Parti populaire cambodgien (CPP)...'', déclare le leader de l'opposition, ajoutant que : ''...le Cambodge était de retour à quelque chose de semblable aux règles du parti unique des années 1980, avec Hun Sen contrôlant la justice, la police et le parlement. La seule solution est le dialogue...''.

Pays/territoire : Phnom Penh 12000, Cambodia
Enregistrer un commentaire