mercredi 1 juin 2016

Phnom Penh - Séminaire - Etude : Valoriser les quartiers historiques

Dans le cadre de l’Initiative « Patrimoine urbain et développement durable » en faveur des villes francophones du Cambodge, du Laos et et Vietnam, menée par l’AIMF (Association Internationale des Maires Francophones) en partenariat avec la ville de Chinon et le CNAM, un séminaire de formation et d’échanges a débuté le 31 mai et se terminera et durera jusqu'au 3 juin 2016 à Phnom Penh.

Séminaire : Valoriser les quartiers historiques. Photo AKP
Ce séminaires est axé sur la question de la valorisation des espaces publics dans les quartiers historiques, enjeu identifié comme crucial par la ville de Phnom Penh dans le cadre de son développement. Une quarantaine de professionnels cambodgiens et vietnamiens et laotiens, travailleront ainsi pendant ces quatre jours sur les possibilités d’aménagement  d’espaces publics de la capitale cambodgienne, afin d’identifier des solutions viables sur le long terme. Des villes non francophones prendront également part aux travaux, dans le souci d’élargir les réflexions aux principales villes de la zone ASEAN. La présentation des résultats et des recommandation à son excellence M. le Gouverneur Pa Socheatevong aura lieu le 3 juin, en présence des bailleurs et partenaires de la ville.
Source AIMF. Photo AKP

Note de cadrage :
Phnom Penh connaît, depuis quelques années, une croissance soutenue qui peut modifier en profondeur et durablement son tissu urbain, entraînant une augmentation importante des investissements immobiliers à caractère spéculatif. Jugé trop contraignant ou inadapté, le cadre juridique et réglementaire de la construction est le plus souvent contourné ou ignoré par les promoteurs privés. Des abus, des incohérences en matière de construction sont tolérés et la destruction d’édifices anciens sans étude préalable est souvent trop vite engagée.

Phnom Penh. Photo Christophe Gargiulo
Phnom Penh. Photo Christophe Gargiulo
Ainsi Phnom Penh risque à terme d’hypothéquer sa mémoire en fragilisant ou pire encore en effaçant son patrimoine urbain historique. Les espaces publics de la ville, notamment ses trottoirs, sont aujourd’hui privatisés par des propriétaires ou des locataires de pas-de-porte qui le plus souvent développent une activité commerciale de proximité. Ils y parquent sans ordre leurs véhicules, automobiles, touk-touk ou deux roues. Par conséquent, la circulation piétonnière est gênée et même interdite. Le tissu végétal, élément essentiel de la composition de la ville historique, pâtit également de cet état de fait. Il est peu à peu éliminé pour augmenter les lieux de stationnement. Pas moins de 70 arbres ont fait l'objet d'une demande de coupe depuis le début de l'année 2015. En se réduisant sérieusement, ce patrimoine a de plus en plus de mal à absorber les rejets de C02. Sa diminution impacte donc de façon sensible et quantifiée la température de la ville qui s’inscrit nettement à la hausse

En décembre 2015, le Schéma directeur de Phnom Penh a été adopté en tant que Loi d’aménagement et de développement du territoire de la capitale. Les décrets et sous-décrets d'application seront prochainement mis en vigueur. Régulièrement mises à jour, les réflexions et les recommandations en terme de planification, débutées dans les années 1990 trouvent maintenant leur cadre de référence ; la Municipalité de Phnom Penh voit ses prérogatives reconnues en terme de protection et régies des espaces publics. De plus, elle peut désormais s’appuyer sur un corpus juridique qui lui faisait défaut auparavant dans la gestion et le contrôle de son développement.

C'est dans cette situation complexe sur le terrain et alors que s’engage une période d’ajustement administratif en terme institutionnel et réglementaire que la ville de Phnom Penh a souhaité initier une session de formation intensive et d'échange à destination de ses propres services sur la thématique de « la valorisation des espaces publics dans les quartiers historiques », en lien avec le lancement de sa deuxième phase d'étude sur la création d'une ligne de tramway dans la ville. 

Objectif du séminaire :
Il vise à sensibiliser les acteurs de l'aménagement de la ville de Phnom Penh à la question spécifique des espaces publics du centre historique de la capitale. Il s’agira de voir comment prendre en considération la préservation et la protection du patrimoine urbain historique sans muséifier la ville. Comment associer la notion d'embellissement, selon quels critères esthétiques, avec les retombées économiques provenant d’activités touristiques et de découvertes que pourraient offrir la ville ? Il sera question bien sûr des outils opérationnels et financiers garantissant durablement l’amélioration du cadre de vie des habitants. La circulation piétonnière sera enfin examinée pour en assurer la réimplantation selon un agenda à déterminer. Une ville n’est pas seulement un espace traversant dévolu à l’automobile. La ville se vit aussi en déambulant, en se promenant, en marchant. A pied. Et à l’ombre.

Dans le même temps, la formation sera l’occasion d’échanger avec un certain nombre de professionnels d’autres villes du réseau. Ces derniers pourront témoigner et enrichir le travail de terrain des professionnels cambodgiens. Enfin, les résultats des travaux des ateliers dispensés en petits groupes pendant ce séminaire, seront présentés aux autorités locales, afin de leur suggérer des clés de lecture et d’action, susceptibles de les orienter dans leurs choix stratégiques. Dans ce but, l’ébauche d’un « livre blanc » leur sera proposée afin de les inciter à agir forts de leurs nouvelles prérogatives.

Ce document provient du site internet de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) : www.aimf.asso.fr. Les droits de reproduction sont réservés et strictement limités

Pays/territoire : Phnom Penh 12000, Cambodia
Enregistrer un commentaire