dimanche 12 juin 2016

Musique - Nostalgie : Sinn Sisamouth, roi de la variété khmère

Sinn Sisamouth (ស៊ិន ស៊ីសាមុត) était un chanteur cambodgien à succès des années 1960 et 1970. Généralement considéré comme le « roi de la musique khmère ». Samouth, Ros Serey Sothear, Pan Ron et quelques autres, étaient les principaux artistes de la grande vague de la musique pop qui permit la rencontre d'éléments de la musique traditionnelle cambodgienne avec les sons du rhythm and blues, du yéyé, du twist et du rock and roll. Ces chansons qui avaient souvent une sonorité unique renforcée par des effets d'écho et des voix féminines assez aiguës, eurent un succès immense au Cambodge. Aujourd'hui encore, aucun artiste cambodgien n'a atteint l'énorme popularité de Sinn Sisamouth.

Sinn Sisamouth, roi de la variété khmère
Sinn Sisamouth est né en 1932 dans la province de Stung Treng, d'un père nommé Sinn Leang et d'une mère d'origine laotienne. Samouth était le plus jeune enfant de sa famille, avec un frère et deux sœurs plus âgées. Son père fut gardien de prison dans la province de Battambang, puis soldat durant la période coloniale, avant de mourir de maladie. Sa mère se maria à nouveau, donnant naissance à deux autres enfants. Samouth fut scolarisé à l'école élémentaire de Stung Treng à l'âge de cinq ans. À six ou sept ans, il commença à montrer de l'intérêt pour la pratique de la guitare, et il participa à des représentations scolaires. Ses autres centres d'intérêt étaient l'étude des écritures bouddhiques, la littérature, le football et les cerfs-volants. Aux alentours de 1951, il eût son diplôme d'école élémentaire et se rendit à Phnom Penh pour étudier la médecine, tout en continuant à travailler sa voix et à écrire des chansons.  Lorsque le Cambodge obtint son indépendance, Samouth s'était déjà fait remarquer et fut embauché par la radio nationale. Il poursuivit ses études en parallèle, travaillant à l'hôpital Preah Ketomealea.

Sinn Sisamouth, roi de la variété khmère
À l'issue de ses études médicales, Samouth épousa sa cousine Keo Thorng Gnut. Ils eurent quatre enfants. C'est aussi à cette époque qu'il commença à devenir une vedette de la chanson au Cambodge. Sa voix claire, combinée avec ses compositions tournant autour des plaisirs et des douleurs de l'amour, firent de lui la grande idole masculine de l'époque.  Il interpréta les bandes originales de nombreux films à succès, tels que On srey On ou Thavory meas bong. Il enregistra également de nombreux duos avec les chanteuses Pan Ron et Ros Sereysothea. La voix aiguë et précise de cette dernière se joignait avec bonheur au timbre plus profond de Sisamouth.

Sinn Sisamouth, roi de la variété khmère
Étant considéré comme le plus grand artiste populaire du royaume, on lui demanda de diriger l'orchestre du palais du roi Norodom Sihanouk, un poste qu'il occupa jusqu'en 1970. Il chantait non seulement des morceaux contemporains, mais également de la musique traditionnelle. De 1972 à 1973, il rencontre François Monier, ancien journaliste, devenu l'éditeur de musique Kruorch Bunly, et qui publia ''Une collection de Chansons Sentimentales'' : cinq cent titres chantés par Sinn Sisamouth. On estime qu'il en écrivit plusieurs milliers, son fils Sinn Chaya prétendant même qu'il en composait une par jour à l'apogée de son succès.

Ecouter une sélection :



À la suite du coup d'État du 18 mars 1970 qui remplaça Sihanouk par le gouvernement de Lon Nol, Samouth dirigea des orchestres ministériels sous la République khmère (1970 - 1975). Comme de nombreux phnompenois, il participa à la défense de la capitale. Lors de l'offensive victorieuse des Khmers Rouges contre la ville le 17 avril 1975, il était parvenu au rang de capitaine. De même que des millions d'autres citadins et réfugiés, il fut contraint de quitter Phnom Penh dans la foulée. Il s'était à l'époque remarié à une danseuse du Ballet royal, enceinte alors de leur deuxième enfant. Les circonstances de sa mort au cours du génocide khmer rouge, restent mal connues. Mais, il avait fréquenté l'ancien gouvernement, possédait une éducation universitaire et s'avérait une proie de taille pour sa compromission dans la société « capitaliste » que Pol Pot souhaitait éradiquer sans nuances. Une légende prétend qu'avant son exécution, Samouth demanda l'autorisation de chanter une chanson pour le cadre local du Parti. Les soldats intraitables ne furent guère émus et, quelques secondes après la fin du morceau, l'assassinèrent.

Sources : Wiki Commons - Elvis of the Kingdom gets new star role, Will jackson, Phnom Penh Post, 9 mai 2014 - Les voix d’or du Cambodge revivent, Adrien Le Gal, Courrier international, 7 octobre 2010. Tout allait bien pour les surf-rockers Cambodgiens jusqu'à ce que les Khmers Rouges arrivent, Daniel Woolfson, Vice Noisey, 23 septembre 2014.




Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire