lundi 13 juin 2016

Energie : La Chine pousse, aussi, le royaume vers le nucléaire

Après les tentatives de séduction des russes avec le projet Rosatom, après l'intervention des Américains avec leurs ateliers et conférences sur la sécurité nucléaire, c'est au tour des Chinois de proposer une alliance technique et commerciale avec le Cambodge. Petits jeux d'influence ? Hasard des calendriers ? Difficile de le savoir, une chose est sûre, le royaume se retrouve, une nouvelle fois, au centre des convoitises de la part des ''grands'', et dans un domaine particulièrement sensible et stratégique.

Centrale nucléaire aux USA
C'est la semaine dernière que  le ministère de l'Industrie, des Mines et de l'énergie a publié une déclaration indiquant qu'un groupe de délégués de la China National Nuclear Corporation (CNNC) avait rencontré le ministre Cham Prasidh pour discuter d'une collaboration aux fins de construire une centrale nucléaire, afin de répondre à la demande croissante d'énergie dans le royaume. "...La CNNC a également promis d'aider le Cambodge à préparer une loi sur l'utilisation de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques, ainsi que de fournir des bourses d'études à des Cambodgiens afin d'aller étudier l'énergie nucléaire en Chine...", précise le communiqué.

La CNNC appartient à l'Etat chinois et supervise tous les aspects des programmes nucléaires civils et militaires de la Chine. C'est un conglomérat national intégrant la science, la technologie, l'industrie et le commerce international. La CNNC a construit la première centrale nucléaire dans la partie continentale de la Chine à la fin de 1991. Ironie, l'approche de la CNNC vers le royaume intervient deux semaines seulement après que les gouvernements cambodgiens et russes aient signé plusieurs protocoles d'entente (MoU) pour aider à construire une centrale nucléaire dans le pays. Les protocoles d'accord ont été signés entre le Conseil pour le développement du Cambodge (CDC) et Rosatom, entreprise russe, pour la création d'un centre d'information nucléaire, et la création d'un groupe de travail commun au sujet du développement de l'énergie nucléaire au Cambodge. Il y a quelques semaines, les USA avaient organisé une série de conférences dans Phnom Penh avec pour thème la sûreté nucléaire.

Lors de la visite du Premier ministre Hun Sen en Russie le mois dernier, ce dernier avait pourtant déclaré aux étudiants cambodgiens de Russie que le Cambodge n'avait aucune ambition nucléaire. Cependant, après la signature du Mémorandum d'entente avec Rosatom, le royaume envisage à présent d'utiliser la technologie nucléaire de manière pacifique, pour développer les capacités énergétiques du pays.

Dith Tina, secrétaire d'Etat au ministère de l'Industrie, des Mines et de l'énergie a déclaré au Khmer Times que le nucléaire présentait de nombreux avantages, citant ses faibles émissions de gaz à effet de serre et la possibilité de réduire les coûts de l'électricité dans le royaume de manière drastique. M. Tina a ajouté qu'une centrale nucléaire pourrait générer dix fois la quantité d'électricité produite par une centrale hydroélectrique. "...En ce qui concerne l'uranium, qui est une substance naturelle pour alimenter des centrales nucléaires, nous devons l'acheter à l'étranger, et cela ne sera pas un problème car une centrale nucléaire n'a pas besoin de beaucoup d'uranium...'' a conclu le secrétaire d'Etat.

Selon un rapport du Conseil pour le développement du Cambodge (CDC), 22,47 %  des ménages cambodgiens sont actuellement raccordés au réseau électrique national. Près de 60% des ménages sont dans les zones urbaines. Mais, l'entreprise publique Electricité du Cambodge espère fournir de l'électricité à tous les villages d'ici 2020. Phnom Penh consomme à elle seule 90% de l'électricité totale, tandis qu'environ 80% de la population vit dans des zones rurales, où les habitants ne disposent pas de raccordement électrique. Le CDC a également mentionné que la fourniture de courant au Cambodge reposait principalement sur l'hydroélectricité, le charbon et l'électricité importée. Pour tenter de répondre à la demande, huit centrales hydroélectriques et trois centrales alimentées au charbon devraient être achevés en 2020.

Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire