jeudi 2 juin 2016

Social - Tensions : Le gouvernement répond à la réaction des missions diplomatiques étrangères

NDLR : Rien d'exceptionnel dans ce communiqué de ''rappel à l'ordre'' de la part du gouvernement qui réagit régulièrement lorsque les missions étrangères interviennent sur la scène politique locale. Petite erreur concernant la procédure, le refus de comparaître suite à une citation est répréhensible sous le motif ''d'entrave à la justice'' et non de ''subornation de témoin'', un autre délit qui pourrait éventuellement être retenu à l'examen de ''l'affaire Sokha''. Si le communiqué vise particulièrement l'Union Européenne qui a réagi en exhortant les parties à trouver une solution paisible pour éviter l'escalade, rien par contre vers l'ONU, qui s'est contenté de deux petites phrases timides qui ont même déçu les partisans de l'opposition...

 Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale
 Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale
AKP : Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MFA-IC) a tenu à répondre aux  réactions des missions diplomatiques étrangères sur les procédures judiciaires en cours dans le pays :  "...Ces derniers jours, nous avons pu noter les réactions de certaines missions diplomatiques à Phnom Penh, qui ont exprimé leur étonnement et d'indignation au sujet de la mise en œuvre de procédures judiciaires cambodgiennes. Ces réactions reflètent le manque de connaissances ou la volonté d'ignorer les règles du Code pénal et du Code de procédure pénale du Royaume du Cambodge...'',  déclare l'AMF-IC dans un communiqué de presse publié cet après-midi.

La subornation de témoin est condamnée dans tous les pays démocratiques, en particulier dans ceux de l'Union européenne, ajoute le communiqué de presse, indiquant que ce délit est aussi punissable au Cambodge. : "...Le refus de comparaître devant le tribunal suite à une convocation par le procureur est puni dans tous les pays démocratiques, en particulier dans ceux de l'Union européenne. Par conséquent, les allégations de «harcèlement judiciaire» contre certains politiciens sont absolument sans fondement..." Le MFA-IC est surpris par une telle ingérence dans les affaires intérieures d'un Etat souverain, qui a seulement appliqué ces mêmes règles de procédures judiciaires.
AKP Phnom Penh, Juin , 2016 -

Pays/territoire : Phnom Penh 12000, Cambodia
Enregistrer un commentaire