mardi 31 mai 2016

Politique : L'opposition en appelle au Roi, le pouvoir se dit prêt à négocier

Une vingtaine de députés de l'opposition ont pu remettre hier une pétition au roi Norodom Sihamoni appelant ce dernier à intervenir pour mettre un terme à la crise politique actuelle du Royaume. Cette pétition a été remise quelques heures après que l'Assemblée Nationale ait voté la poursuite des actions judiciaires contre le Président par intérim du CNRP, Kem Sokha, le destituant ainsi de fait de son immunité parlementaire. C'était aussi la première manifestation publique du CNRP au sein de cette crise que l’opposition qualifie de répression politique.

Malgré une forte présence policière et la crainte de débordements, les députés de l'opposition ont pu se rendre au Palais Royal pour remettre une pétition de plus de 175 000 signatures à Sa Majesté.
La situation tendue jusqu'à hier laissait craindre des débordements et la possibilité d'affrontements suite aux déclarations du porte-parole du ministère de la Justice Chin Malin qui confirmait que la police chercherait l'arrestation de l'homme politique, et celles du CRNP qui considérait que le pouvoir franchissait une ligne rouge avec l'action contre Sokha. En marge de cette crise politique, le CPP publiait hier quelques vidéos à la hâte mettant en garde le peuple cambodgien contre les effets dramatiques d'une éventuelle ''révolution des couleurs'', proposant un parallèle avec la situation libyenne et rappelant aussi que le pays ne pouvait sombrer à nouveau dans le chaos en raison de son passé douloureux sous le règne des Khmers Rouges, alors que du coté de l'opposition, et de façon plus anecdotique, l'ex-égérie du CRNP, Thy Sovantha, laissait entendre qu'elle appellerait à une contre-manifestation si les partisans de Sokha, avec qui elle en procès, manifestaient...

Cependant, trois députés de l'opposition ont parlé hier des ouvertures faites par le CPP, à travers leur porte-parole Sous Yara, pour engager des négociations, ouvrant un chemin potentiel pour désamorcer les lourdes tensions de ces dernières semaines. Mais un compromis semble difficile; d'après les membres de l'opposition, le CPP voudrait qu'un membre de l'opposition remplisse la position de vice-président à l'Assemblée nationale, position de laquelle Sokha a été évincé par le parti au pouvoir l'an dernier. Le CPP souhaiterait également que l'opposition nomme un chef de groupe de la minorité parlementaire, un rôle tenu par Sokha et précédemment tenu par le président du parti, Sam Rainsy, actuellement en exil. 

Long Botta, député de Battambang, a déclaré que le CRNP avait en effet été abordé avec ces propositions, mais qu'il les trouvait léonines et inacceptables, suggérant que le parti au pouvoir procédait ainsi lui-même au renouvellement des dirigeants du CRNP et se donnait la possibilité de négocier avec de nouveaux visages...Les revendications, pour l'instant, du CRNP restent le retour de Sam Rainsy, la libération des militants emprisonnés et l'arrêt des poursuites contre Sokha.

En marge de cette crise, les USA, l'ONU et le représentant de l'Europe ont appelé les dirigeants cambodgiens à trouver une solution pour permettre au pays de sortir de cette situation difficile. 

Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire