lundi 9 mai 2016

Piratage informatique : Hun Sèn met l'opposition en cause

Hun Sen a promis de traquer sans relâche un hacker qui a piraté son site personnel samedi, y postant des images des forces de sécurité gouvernementales  tabassant des manifestants. Une vidéo préfacée avec un logo de l'international "hacktivistes" Anonymous collective et téléchargés sur YouTube par l'utilisateur "Khmer Troop" met aussi en valeur le site piraté avec un message audio en khmer menaçant des attaques plus dommageables sauf si le premier ministre ''cesse de faire souffrir les gens (eg)''. Le clip montre le site - qui a été lancé l'année dernière - illustré avec plus d'une douzaine de photos, surmontées d'une photo du premier ministre portant une couronne et sous-titrée "l'empereur de Facebook".

Hun Sèn
Hun Sèn
Plus bas, des photos montrent des scènes de brutalité durant la répression des travailleurs en grève en 2014 à Phnom Penh - durant laquelle cinq personnes ont été tuées - une attaque contre deux députés de l'opposition menée par les membres de l'unité personnelle de protection du premier ministre, et la suite de l'attaque de 1997 à la grenade contre Sam Rainsy. Un message sur la page Facebook de Hun Sen posté immédiatement après l'attaque, indique que le premier ministre lie la «cybercriminalité» active au sein du parti de l'opposition à cette attaque. ''...l'opposition a toujours cherché des moyens malhonnêtes pour attaquer. Les experts du gouvernement sur la lutte contre la cyber fraude. Les autorités cherchent activement à identifier les pirates afin de les amener devant les tribunaux..." indique Hun Sen. Le porte-parole du Cambodge Parti National Rescue, Yim Sovann, a déclaré hier au Phnom Penh Post que le parti ne savait rien de l'attaque. "...Le Premier ministre a de nombreux adversaires...'' a-t-il ajouté.

Pays/territoire : Phnom Penh 12000, Cambodia
Enregistrer un commentaire