mardi 5 avril 2016

Kep - Environnement : Quand la nature se rebelle

Les réactions suites à l'annonce du gouvernement, qui proposait hier d'éviter la baignade et la consommation de fruits de mer, ne se sont pas faites attendre : chute des ventes de crustacés et fréquentation moindre de la plage. Les plus touchés sont évidemment les vendeurs du marché aux crabes qui ont constaté une chute très sensible de leurs ventes, certains perdant plus de la moitié de leur chiffres d'affaires depuis hier. Chez les restaurateurs, les réactions sont mitigées, certains avouent avoir fait fi de l'annonce du gouvernement et continuent de vendre leurs produits de la côte, d'autres ont suivi les recommandations mais ne manquent pas de pester contre soit le Vietnam voisin qui utiliserait des méthodes de pêche destructives, soit contre les rejets d'usine, soit contre le ministère de l'environnement qui réagirait trop tard, soit contre les ONG de conservation qui se seraient réveillées en même temps. Par contre, personne n'a encore blâmé ceux qui utilisent quotidiennement les rivages comme un sac poubelle en y déversant plastiques, ordures ménagères et autres.

Pêcheuse de crabes à Kep. Photo par Adam Jones (CC)
Certains, au sein des officiels, se disent rassurants arguant que les courants et le vent porteraient bientôt les amas d'algues toxiques vers le large et que la situation redeviendrait vite ''normale''. La pollution végétale constatée ces derniers jours est largement susceptible de s'étendre sur toute la côte de la province et d'affecter quelque peu l'activité touristique dans son ensemble. Toutefois,faute d'études et de suivi mais aussi en raison de l'abondance et de la diversité des écosystèmes présents, personne n'est en mesure actuellement de dresser un bilan précis de l'état de santé de la mer dans cette région. Processus en marche, épiphénomène? Va savoir, mais si les attitudes ne changent pas, l'option cauchemar risque bien de s'installer de façon durable. La nature peut montrer des réactions de résistance incroyables face aux agressions humaines, on se demande d’ailleurs combien de temps encore le Mékong résistera à ce qu'on lui inflige, mais il arrive un jour ou elle risque de s'épuiser et il sera peut-être trop tard.
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire