vendredi 15 avril 2016

Environnement - Vie sauvage : Pour l'expert K. Ullas Karanth, réintroduire des tigres au Cambodge serait une erreur tragique

En début de mois, le gouvernement a dévoilé un plan ambitieux pour importer huit jeunes tigres sauvages depuis  l'Inde, destinés à repeupler les forêts de l'Est du Cambodge, où ils ont été déclarés "officiellement éteints". Avec l'aide de donateurs et le Fonds mondial pour la nature (WWF), le programme qui devrait coûter entre vingt et cinquante millions de dollars, vise essentiellement à repeupler la ceinture frontalière entre le Mondolkiri et le Vietnam, à partir de 2019. 


Mais dans une interview publiée mercredi dans le journal indien Mintlive, K. Ullas Karanth, directeur
Science-Asie pour la Wildlife Conservation Society (WCS) , et considéré comme l'un des meilleurs experts sur les tigres et les programmes de repopulation, déclarait : ''...J'ai étudié ces forêts au Cambodge il y a vingt ans, principalement le Mondulkiri pour WCS, quand les derniers tigres sauvages ont disparu...et, je ne pense pas que la zone de 1000-2000 kilomètres carrés requise pour l'habitat des félins, soit disponible au Cambodge. Chaque tigre sauvage a besoin d'au moins cinq cents grands animaux de proie pour que le programme soit fiable. Si elles ne sont pas là, il ira tuer le bétail et les gens ...cela conduira à un échec tragique, et les tigres introduits le paieront de leur vie".

RANTHAMBHORE. Photo par Ray Morris (CC)
M. Karanth a ajouté que, parmi tous les programmes de réintroduction des tigres  au cours de deux dernières décennies en Inde, un seul avait fonctionné. "Tous les autres ont échoué ou restent au point mort, dans certains cas, avec des dizaines de personnes tuées et des tigres qu'il a fallu finalement abattre, Global Tiger Forum et WWF, qui font la promotion de ce programme extrêmement imprudent, vont probablement regretter si elles persistent dans leur décision."

Le plan cambodgien de réintroduction du tigre se concentre sur l'Est des plaines du pays, couvrant 30.000 kilomètres carrés et s'étendant sur quatre aires protégées, y compris la forêt protégée du Mondolkiri . "Avec sa forêt sèche tropicale la plus vaste et la moins affectée en Asie du Sud-Est, cela représente une des plus grandes zones d'habitat potentielle pour le tigre '', déclare le WWF dans un rapport publié la semaine dernière. Il est estimé que le plan nécessiterait l'équivalent de neuf Sambar par kilomètre carré dans la forêt du Mondolkiri, qui étend sur environ 4.000 kilomètres carrés. Mais le Ministère de l'Environnement Cambodgien souligne qu'il faudrait beaucoup plus de Rangers, ajoutant que ceux-ci sont actuellement débordés avec la décision récente du gouvernement d'étendre cinq zones de plus en tant qu'aires protégées. A cela s'ajoute le plan de construction d'une route traversant le Mondulkiri jusqu'au Vietnam, et qui inquiète les écologistes, bien que les autorités provinciales aient avancé que la construction de la route tiendrait compte du programme concernant les tigres et qu'une cohabitation serait possible.
Pays/territoire : Mondulkiri, Cambodia
Enregistrer un commentaire