vendredi 29 avril 2016

Energie : Les USA veulent accompagner le Cambodge vers le nucléaire

Le Department of Energy (DOE) américain a organisé un atelier sur les «garanties nucléaires et le Protocole additionnel» au Sunway Hôtel hier à Phnom Penh, soulignant la nécessité de plus de connaissances techniques et de partage d'informations sur l'énergie nucléaire au Cambodge. L'atelier fait suite à une visite du Premier ministre russe Dmitri Medvedev en Novembre dernier, lorsque les deux pays ont signé un "mémorandum sur la coopération nucléaire», qui a dévoilé les efforts du gouvernement pour obtenir l'énergie nucléaire avec l'aide d'experts russes.

Photo EricWebster (CC)
Les autorités cambodgiennes n'ont pas donné de détails sur l'accord russe depuis qu'il a été signé. Mais Reuters a rapporté que l'entreprise russe Rosatom pourrait fournir le soutien technique, la recherche et la formation si le royaume choisit d'aller de l'avant avec l'option nucléaire.Actuellement, le Cambodge dépend fortement de l'énergie importée. L'électricité dans le pays est parmi les plus chères en Asie du Sud-Est et une source commune de plainte de la part des investisseurs au sujet des coûts de cette énergie. La plupart de l'énergie électrique que les Cambodgiens utilisent sur une base quotidienne est importée des pays voisins, le Vietnam et la Thaïlande.

Pour faire face à cette pénurie, le Royaume est à la recherche de près de trois milliards de dollars US d'investissements étrangers pour construire six centrales hydroélectriques en 2018, destinées à faire face à la hausse de la demande énergétique. De tous les pays de l'ASEAN, le Vietnam est le plus avancé dans son programme nucléaire avec des plans pour commencer la construction d'une centrale nucléaire de 2018 à 2019. La Malaisie et l'Indonésie sont également sur les rangs avec des plans potentiels pour l'énergie nucléaire, mais il y a eu peu de développements concrets. La Russie est aussi partenaire du Vietnam et de l’Indonésie dans ce secteur. Au cours de cet atelier, l'ambassade américaine a applaudi les efforts du Cambodge dans sa volonté d'adhérer au ''protocole additionnel'', et s'est déclarée prête à accompagner le Cambodge dans son éventuel développement nucléaire, sans mentionner, bien entendu, qu'ils aimeraient probablement se substituer aux conseillers russes de Rosatom. De son coté, le Cambodge reste hésitant quant à la perspective du nucléaire, avançant éventuellement la possibilité de construction d'un centre de recherche dans un premier temps.

Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire