jeudi 10 mars 2016

Revue de presse : l'affaire (presque cambodgienne) qui embarrasse le barreau de Paris

Dévoilée par Médiapart, l'incroyable succession de malversations de l'avocat Yann Streiff actuellement en délicatesse avec ses pairs au sujet de l'affaire Hirigoyen. Ce sont en tout 1,8 millions euros que l'avocat aurait détourné au détriment de sa cliente, veuve d'un riche industriel. En quoi cette affaire est-elle aussi cambodgienne ? Nicole Hirigoyen est une personne absolument délicieuse et généreuse qui se rend fréquemment dans le royaume pour visiter les programmes d'aide humanitaire qu'elle parraine depuis quelques années. Nicole est en effet particulièrement attachée à aider les plus pauvres et l'attitude de son avocat le rend encore bien plus antipathique, pour ne pas dire dégoûtant...Détails :

''...Dans l’année qui suit, Nicole Hirigoyen, diagnostiquée dépressive et placée sous traitement médicamenteux, fera une nouvelle tentative de suicide et cinq séjours à l’hôpital. Pendant la même période, elle consent de multiples largesses à Me Streiff, sous des formes diverses et variées, souvent validées par un notaire peu regardant : prêts, investissement dans sa résidence corse, ou encore des versements à une société de sécurité en cessation de paiement défendue par Me Streiff. Selon les documents transmis par Nicole Hirigoyen au barreau de Paris, il y en a au total pour 1,6 million d’euros, soit la quasi-totalité des liquidités que son mari avait placées sur un contrat d’assurance-vie. Et qui n’ont toujours pas été remboursées, malgré plusieurs demandes.

Capture : Article de Mediapart
En mars 2012, lors d’une visite chez le notaire avec Me Streiff, Nicole Hirigoyen désigne son avocat comme son mandataire (chargé de veiller sur elle et son patrimoine en cas d’incapacité) et son exécuteur testamentaire. Elle signe le même jour un testament à son profit, qui lui accorde notamment, en cas de décès, 500 000 euros « net de droits de succession ». L'avocat rédige pour sa cliente un testament en sa faveur. Un an plus tard, Nicole Hirigoyen ne dispose déjà plus d’une telle somme. L’avocat rédige un nouveau testament, qu’il lui envoie par mail le 16 juillet 2013. « Compte tenu des sombres idées qui sont les tiennes, je te suggère cette nouvelle rédaction », lui écrit Me Streiff. Dans cette nouvelle version, homologuée deux jours plus tard devant le même notaire, l’avocat devient légataire des sculptures du défunt mari de Nicole Hirigoyen, de l’île qu’elle possède en Bretagne et… de ses parts dans la résidence corse de Streiff, que l’avocat avait cédées à sa cliente en compensation de l’un des prêts...'' L'article en entier


Pays/territoire : France
Enregistrer un commentaire