mardi 1 mars 2016

Arsenic : Risque de contamination pour 2,5 millions de Cambodgiens

Le Cambodge est l'un des pays les plus affectés par les contaminations à l'arsenic . Le poison extrait des sédiments à proximité du Mékong, du Bassac et du lac Tonle Sap, et dilué dans l'eau des puits et des conduites d'eau non traitée présente un risque toxique pouvant affecter deux millions et demi de Cambodgiens. C'est la conclusion de l'étude scientifique menée par Yumei Kang de la Faculté d' agriculture de Kochi au Japon.

Carte des zones les plus exposées. En rouge = risque maximum
L'étude, publiée il y a quelques jours dans  le ''Journal International du Traitement de l'Eau et des Eaux Usées'' révèle que certains échantillons de riz testés révèlent de sérieux dépassements des niveaux acceptables de toxicité à l'arsenic avec un risque maximum dans la région de Kandal. L'auteur de l'étude rappelle  que l'exposition prolongée à des aliments contenant plus que la quantité tolérable expose les gens à un risque accru de dommages génétiques.

Résultats de l'étude
Selon les normes établies en Juillet 2014 par l'Organisation mondiale de la santé, un kilogramme de riz ne doit pas contenir plus de 0,2 milligrammes d'arsenic. Cependant, certains échantillons testés dans la province de Kandal ont donné des niveaux aussi élevés que 0,649 mg / kg. Les échantillons de  Kampong Thom contenaient près de deux fois le niveau acceptable à 0,371 mg / kg. Banteay Meanchey, Battambang et Prey Veng tous les échantillons produits se situent au-dessus du 0,2 mg / kg ...Toutefois, le ministère cambodgien de l'agriculture a minimisé les résultats publiés dans cette étude arguant que le riz cambodgien n'était pas contaminé. Avant l'export, le riz est testé et, s'il y avait contamination, il ne pourrait sortir du pays, a déclaré le porte-parole du ministère, Eang Sophalleth. 

Interrogé sur le sujet, un biologiste qui souhaite garder l'anonymat exprime : ''...Il y a une grande responsabilité des ONG spécialisées qui ont financé forages sur forages sachant pertinemment que l'eau était arsénieuse, et voilà le résultat. Ceci dit, l'étude présente les risques de contamination sur la base de prélèvements avec toute l'imprécision et les variantes géographiques et physiques des sols. La situation n'est peut-être pas aussi catastrophique dans son ensemble mais mérite une véritable attention. Pour lire l'intégralité de l'étude : Cliquer ici (en anglais).




Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire