mercredi 24 février 2016

Plan Directeur de Phnom Penh 2035 : Le cadre légal doit être une priorité

C'est fin Janvier que s'est tenue à l'Intercontinental de Phnom Penh le forum de discussion sur la planification et la construction urbaine. Cette rencontre était organisée par dans le cadre de la deuxième convention GAC (Global Alumni Convention). GAC est une association regroupant d'anciens étudiants cambodgiens de l'étranger notamment d'Australie, des USA , du Canada...A cette occasion, le point a été fait concernant les statistiques du secteur immobilier. A savoir, il existe aujourd'hui 186 agences immobilières en activité dans le royaume, 151 développements immobiliers en cours et environ 20 000 condominiums prévus pour 2018. Ces chiffres amènent à une réflexion plus globale sur la proposition que représente le Plan Directeur de Phnom Penh 2035 et sur les possibilités de développement durable dans la capitale cambodgienne.

GACurbanplanning&constructionpanel2
Global Alumni Convention 2016 à l'Intercontinental
Quelles implications ?
Beaucoup de questions soulevées lors de l'événement GAC concernant le contrôle de la qualité de construction, l'aspect légal  entourant l'industrie du bâtiment et de la construction, et la volonté du Gouvernement Royal de  réaliser sa vision du Plan Directeur de Phnom Penh 2035. "...Comment savoir si un bâtiment est construit aux normes? '' a demandé S.E. Dr Sok Siphana, conseiller juridique du gouvernement royal du Cambodge, "...Il y a beaucoup de questions autour de la qualité de la construction, en particulier pour trouver un interlocuteur au sein des spécialistes du bâtiment. Comment savoir qui est vraiment qualifié ? " s'interroge-t-il.

Le gouvernement a cherché l'aide d'un consultant juridique expérimenté, le Dr Sok Siphana, pour tenter de développer un cadre légal dans l'industrie du bâtiment, et ces travaux ont probablement influencé quelque peu le plan directeur de la ville de Phnom Penh. "Construire de la qualité est un concept en soi, et c'est un moteur pour l'industrie du bâtiment...'', explique le Dr Sok Siphana. ''...Un secteur convenablement réglementé et qui produit de la qualité attire les investisseurs sérieux. Comment voulez-vous attirer des entreprises régionales au Cambodge avec des bâtiments de mauvaise conception et de mauvaise qualité ? Nous devons réglementer l'industrie du bâtiment et ses acteurs. Nous devons aussi introduire le concept de certification...". ajoute le Dr Sok arguant également que la sécurité publique est aussi primordiale. "...En général, les lois actuelles régissant les contrats pour les boreys ne protègent pas le consommateur. Comme l'État, nous devons penser au public ... Comment faire en sorte qu'il n'y ait pas de fraude et que le public se sente en sécurité, que le bâtiment ne cédera pas pendant que vous êtes encore en train de payer l'hypothèque ? ". Autres préoccupations du prolixe Dr Sok : '' Comment les gens du secteur vont-ils actualiser  leur connaissance et leur compréhension de la loi et comment peut-elle être appliquée convenablement pour être efficace ? Comment vont-ils être éduqués concernant les compétences techniques nécessaires telles la qualité de la construction, tels les codes du bâtiment, les pratiques et l'évaluation de la propriété ?''.

Dr Sok Siphana : Nous devons aussi introduire le concept de certification dans l'immobilier
''...Cela étant dit, le Plan Directeur de Phnom Penh 2035 entre dans le cadre plus large de la réforme de la réglementation : le développement de la formation tertiaire et professionnelle dans tout le Cambodge...conclut le Dr Sok Siphana.

Kim Heang, PDG de Khmer Immobilier et président en exercice du '' Cambodian Valuers and Estate Agents Association (CVEA)'' indique que les professionnels de l'industrie  prévoient d'ouvrir un institut de formation après le Nouvel An Khmer en vue de fournir une formation professionnelle plus technique, essentielle pour le secteur de l'immobilier. "...Nous avons l'intention de créer un institut spécialisé. La majeure partie du travail ingrat n'incombe pas à l'architecte ou à l'ingénieur,  mais aux techniciens. Dans la culture cambodgienne nous avons l'habitude de valoriser les gens bien placés, mais n'oublions pas les plombiers, électriciens, les maçons et les ouvriers du bâtiment. Ces personnes ont aussi beaucoup de valeur. C'est là que la formation doit jouer un rôle clé. Tout le monde ne peut décider du jour au lendemain d'être un opérateur de grue et se mettre à la manuipuler sans aucue formation ! '' indique-t-il. Kim rappelle également que le Cvea a le plein soutien du Ministère de la Banque et des Finances pour entreprendre leur projet de formation au plus tard cette année, "Nous avons le soutien du ministère pour établir une formation spécifique aux métiers de l'immobilier, reconnue par l'état...''. 

Simon Griffiths, directeur associé de l'agence CBRE, estime que, en sus de la formation technique, les agents immobiliers doivent aussi prendre l'initiative de faire appliquer des normes élevées. "...Normes et qualité existent au Cambodge. Nous avons besoin de sociétés immobilières qui agissent de façon responsable et respectent les directives et contraintes légales alors que de nouvelles normes d'évaluation et lois seront mises en place. L'industrie dans son ensemble a besoin de reconnaître l'importance de l'évaluation et doit se plier aux règles quand il le faut car , dans le cas contraire, les conséquences peuvent être désastreuses...''

"Le Cambodge a beaucoup de potentiel», a conclu  Kim Heang, «Nous devons rivaliser avec nos voisins, nous faisons maintenant partie de la Communauté économique de l'ASEAN (AEC). Nous espérons que nos stagiaires vont sortir et même travailler à l'étranger, puis ramener ces connaissances au Cambodge pour faire avancer le secteur de l'immobilier dans son ensemble ".
Avec nos partenaires et l'aimable participation de http://realestate.com.kh/
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire