mercredi 6 janvier 2016

Revue : Cambodge - Les produits « bio » commencent à s’imposer dans le panier de la ménagère

Depuis un dîner « fatal », à l’issue duquel toute la famille s’était retrouvée aux toilettes en proie à une diarrhée soudaine, Kong Nam, ménagère de 45 ans, ne fait plus ses courses à la légère. Panier à la main, elle arpente un à un les étals des marchés et examine méticuleusement chaque légume avant de
l’acheter. « Un soir, alors que nous avions mangé de la salade, nous sommes tous tombés malades. Ce n’était absolument pas drôle. Depuis, je ne néglige plus rien dans mes achats », témoigne-t-elle. Ce que Kong Nam veut à tout prix éviter, ce sont les pesticides et autres engrais chimiques  répandus sur les produits importés du Viêt-nam et de Thaïlande - qui constituent l’essentiel des légumes vendus sur les marchés cambodgiens - et sur la plupart des produits locaux.

Moins beaux, moins verts, les légumes bio s’imposent peu à peu dans le panier de la ménagère
En 2002, un rapport alarmant dénonçant la nocivité de ces produits massivement utilisés au Cambodge était publié par l’ONG Environmental Justice Foundation et le Cedac (Centre d’étude et de développement agricole cambodgien). Depuis quelques mois, une campagne d’information du département municipal de la santé a commencé à relayer l’information et, dans les marchés, le comportement des consommateurs semble avoir quelque peu évolué. Si la salade au vert immaculé a encore ses adeptes, la laitue rongée par les vers en gagne chaque jour de nouveaux. « Les légumes locaux cultivés de façon naturelle commencent à mieux se vendre que ceux importés du Viêt-nam »,
constate une vendeuse du phsar Doumkor. Moins beaux, moins verts, plus rachitiques, les légumes bio s’imposent peu à peu dans le panier de la ménagère. Lire la suite...
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire