lundi 4 janvier 2016

Politique : Le fils d'Hun Sèn souhaite lui succèder

Le plus jeune fils du Premier ministre Hun Sen a déclaré, la semaine dernière, qu'il avait l'intention de succéder à son père au poste de premier ministre. Il n'a pas mentionné spécifiquement ses projets pour les prochaines élections générales en Juillet 2018. Lors de la diffusion du programme politique et social sur Vayo Radio, Hun Many a clairement déclaré que son ambition était de devenir premier ministre du Cambodge. '' Devenir le premier ministre est mon intention ainsi que celle d'autres jeunes peut-être'', a déclaré le jeune membre du Parlement (33 ans) qui représente la province de Kampong Speu et est aussi à la tête de la ''fédération de la jeunesse'' du pays. "Le rôle de Premier ministre n'est pas une position, c'est un grand honneur pour servir le pays de façon responsable, de veiller à garder les bonnes directions et de maintenir la paix et le développement" a-t-il ajouté. En Octobre dernier, Hun Many avait reçu le Prix de la Paix Gusi décerné aux personnalités remarquées pour leur contribution à la promotion de la paix et du progrès dans la société.

Certains membres d'ONGs qui travaillent avec les jeunes au Cambodge ont déclaré qu'il était plus facile pour Hun Many de rêver de devenir premier ministre par rapport aux autres jeunes qui pourraient aspirer à atteindre la fonction suprême. Son père domine tous les secteurs stratégiques du pouvoir au Cambodge, un pays qu'il dirige depuis plus de 30 ans . "Pour Hun Many qui est le fils du Premier ministre, son rêve pourrait recevoir un certain écho auprès des masses, car il est dans une position ou dans un environnement qui lui sont favorables pour y parvenir», a déclaré Cheng Sokha, directeur du programme des ressources pour le développement de la jeunesse, basé à Phnom Penh.

cambodia-hun-many-campaigning-jul21-2013.jpg
Hun Many. Photo RFA
Yim Sovann, porte-parole du parti d'opposition au Cambodge national de sauvetage (CNRP), a salué la déclaration du fils d'Hun Sèn, et a ajouté que cela ne serait pas  un obstacle pour son parti. Il a toutefois ajouté que les élections de 2018 devaient être menées librement et équitablement, sans menaces politiques. La déclaration d'Hun Many a suscité des discussions entre autres politiciens et le public, qui ont longtemps cru que Hun Sen, 63 préparait plutôt le terrain de sa succession pour son fils aîné, Hun Manet. Le lieutenant-général Hun Manet, 38 ans, est chef du département de lutte contre le terrorisme au Cambodge, diplômé de la ''United States Military Academy de West Point''. Il s'est toujours montré plus actif que ses frères et sœurs dans la vie sociale et politique du royaume, mais aussi à l’extérieur du pays. En septembre 2015, Hun Sen avait également nommé son second fils, 34 ans Hun Manith, chef du service de renseignement militaire du pays, suscitant quelques critiques des responsables CNRP et observateurs politiques qui ont vu la nomination comme une tentative de renforcer l'emprise de l'homme fort sur le pays. En Janvier, Hun Sen avait déclaré qu'il resterait au pouvoir au moins jusqu'aux élections générales en 2018, et qu'il souhaitait diriger le pays jusqu'à l’age de 74 ans.
Avec l'aimable autorisation de RFA. 
Version francaise par Christophe Gargiulo
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire