mardi 12 janvier 2016

Lutte anti-drogue : Urgences

NDLR : Un récent communiqué avançait un recensement de 14 000 drogués dans le royaume. Même si la nature même de ce type de statistiques est par essence imprécise en raison de la complexité pour recenser ce type de population, ce chiffre semble peut-être sous-estimé et ne pas tenir compte des fluctuations liées à ce type de délinquance : population mobile, difficile d'accès, etc...Toutefois, d'après l’Office des Nations-Unies contre la drogue et le crime, le trafic des drogues illicites et des précurseurs chimiques continue d'augmenter et de menacer sensiblement la sous-région du Mékong . La production et le trafic de méthamphétamine et d'héroïne de la région génèrent une valeur annuelle estimée de plus de 31 milliards de dollars pour les groupes criminels organisés. Ensuite, les rapports indiquent que l'utilisation et l'approvisionnement restents croissantes  dans les pays du Mékong et démontrent aussi que les drogues synthétiques, en particulier la méthamphétamine, restent encore une grande menace. 

AKP : L’Office des Nations-Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) s’est engagé à continuer sa coopération avec l’Autorité nationale de lutte contre la drogue (NACD) par l’intermédiaire des projets bilatéraux et régionaux. C’est ce qu’a souligné Jeremy Douglas, représentant régional de l’ONUDC pour l’Asie du Sud-Est et le Pacifique, lors de son récent entretien à Phnom Penh avec Kè Kim Yan, vice-Premier ministre, président de la NACD.


L’entretien portait principalement sur la coopération dans la mise en œuvre de la loi dans la région, l’actualisation du système de données sur la drogue et les substances chimiques, la lutte contre les traffics de drogue à la frontière, le programme de contrôle des conteneurs, la réhabilitation des drogués, etc. 
Par Chea Pharith -  AKP Phnom Penh, janvier 2016 –
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire