dimanche 6 décembre 2015

Cop 21 : Les divisions demeurent

Pour parvenir à un accord, les pays développés doivent établir clairement comment ils vont intensifier leur soutien financier de 100 milliards de dollars US (91,88 milliards d'euros) par an aux pays en développement après 2020, une promesse faite par les pays riches en 2009 et qui n'a jusqu'à aujourd'hui jamais été suivie d'effets.

Les Etats-Unis et l'Union européenne étaient réticents à donner le moindre chiffre au sujet de l'argent qu'ils sont disposés à fournir après 2020, lorsque l'accord de Paris devra entrer en vigueur, et préfèrent utiliser un langage vague dans l'accord. Ils voulaient aussi que d'autres pays en développement « en position de le faire » rejoignent ce qu'ils appellent la « base de donateurs », une tentative qui a été fermement rejetée par les pays en développement.


« Cela briserait le principe de 'responsabilités communes mais différenciées' », a souligné Gurdial Singh Nijar, principal porte-parole de Like-Minded Developing Countries, un groupe de négociation rassemblant plus de 20 pays en développement, comprenant notamment la Chine, l'Inde et la Malaisie.

« Le but des négociations de l'accord de Paris n'est pas de donner une réinterprétation de certaines des dispositions et principes fondamentaux de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, mais d'améliorer la mise en œuvre de celle-ci », a précisé M. Nijar, se référant à un traité international qui contraint les pays développés à jouer un rôle moteur dans la réduction des émissions et à fournir un soutien financier aux pays en développement. « Les finances sont une question qui va rester jusqu'à la semaine prochaine pour les ministres », a de son côté déclaré Kelly Dent, responsable des questions climatiques chez Oxfam, un rassemblement d'ONG engagé sur les terrains politique, économique et humanitaire contre la pauvreté et l'injustice dans le monde.

Parmi d'autres questions épineuses figurent la différenciation dans la réduction des émissions, comment faire face aux pertes et dommages causés par des événements extrêmes liés au changement climatique, la transparence en matière d'action et de soutien et un « mécanisme à cliquet » pour contribuer au renforcement de l'action mondiale contre le changement climatique. « Nous n'y sommes pas encore », a de son côté déclaré Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères. « J'espère sincèrement que l'esprit de compromis nous permettra de faire des progrès ». « J'ai un espoir, celui que le texte qui me sera donné dimanche sera aussi finalisé que possible », a-t-il dit, concluant en disant que « Mon souhait est de voir le nombre maximum de solutions concrètes ».
Source: french.china.org.cn
Pays/territoire : Paris, France
Enregistrer un commentaire