samedi 21 novembre 2015

Tendances : Poissons docteurs...quels risques ?

Tremper ses pieds dans un bac avec des poissons, c’est dire peut-être adieu aux peaux mortes et se payer une expérience exotique mais, cette pratique déjà largement répandue en Asie et plutôt populaire chez les touristes soulève quelques questions chez l’Agence de sécurité sanitaire en France qui souligne les risques de cette pratique. Doit-on avoir peur des Garra Rufa , ces fameux poissons qui vous curent les pieds...?

Garra Rufa ou poissons docteurs. Photo Christophe Gargiulo
Garra Rufa ou poissons docteurs. Photo Christophe Gargiulo
Si l'Agence soulève quelques points intéressants, il était plus amusant de confronter deux avis, celui d'un dermatologue et celui d'un adepte de ce type de pratique ''naturelle''. Extraits :

Pour le dermatologue : Une pratique terrible sur le plan microbiologique...
C’est une pratique répandue et qui devrait être interdite en raison des risques sanitaires qu’elle entraîne. Il n’y a pas eu de signal d’alarme fort alors que mettre un humain et un animal dans un bouillon de culture est dangereux, et ce d’autant plus que la pratique n’est pas encadrée. Déjà, toute macération provoque le développement de champignons, de mycoses ou de verrues. Mais là il s’agit de mettre ses pieds dans un bassin dans lequel ont déjà trempé leurs orteils des personnes pouvant avoir des infections cutanées. Le problème vient du non-contrôle bactériologique de l’eau et de l’utilisation d’un même bac par les usagers. Les poissons, qui sont utilisés pour enlever les squames de la peau des pieds, peuvent avoir arraché des fragments cellulaires infectieux, qui vont rester dans l’eau. Ces bactéries pathogènes vont ensuite être en contact avec des pieds dont la peau n’est pas en bon état puisqu’il s’agit de la décaper ! Or les petites plaies, courantes (chocs, ampoules, gerçures, etc.) sont une porte d’entrée pour les microbes et les germes.

Garra Rufa ou poissons docteurs. Photo Christophe Gargiulo
Garra Rufa ou poissons docteurs. Photo Christophe Gargiulo
Pour l'adepte : Sans bactéries la vie n'existerait tout simplement pas.
Cet ne tient pas debout et dénote une grande ignorance des tenants et aboutissants de la biologie de base et de notre physiologie en partenariat avec cette faune symbiote qui ne prose problème qu'en cas de déséquilibre et d'immunodéficience poussé. Tremper dans l'eau avec des poissons aussi est parfaitement sain,ce sont les gens des villes qui deviennent des mutants débiles.On trouve des trucs dangereux par protectionnisme et vous allez bouffer du poisson cru et des sushis sans garantie de fraîcheur !! Pas la peine de venir jouer les pucelles avec la fish pédicure,notre milieu est microbien et nous en sommes plein,pourquoi vouloir tout stériliser ??,Ça tient pas,après on est malade.Je vis à la campagne,et je vous assure qu'ici,les toubibs font pas fortune,les gens n'y vont pas pour savoir quoi faire ou manger ....Et au risque d'en faire hurler,l’hygiène corporelle quotidienne est inutile,dangereuse pour notre systéme immunitaire et j'en ai des preuves tous les jours.Parlez plutôt des bains de bouche antibactériens qu'il faut absolument proscrire,notre bouche a besoin de bactéries.Comment ont fait nos ancêtres à votre avis?

Pour L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation...Depuis 2010, la «fish pédicure», populaire dans plusieurs pays asiatiques, s’est développé en Europe, notamment en France où plusieurs centaines d’établissements proposent ce service : se faire nettoyer les peaux mortes des pieds par de petits poissons. Il ressort de l’étude que l’immersion des pieds dans un bac d’eau contenant des poissons de l’espèce Garra rufa représente un risque potentiel de transmission d’agents pathogènes d’origine humaine ou animale par le biais de l’eau des poissons. Que certains usagers (diabétiques, immunodéprimés, usagers ayant des lésions cutanées aux pieds) constituent une population sensible à risque plus important d’infection. De plus, cette pratique peut attirer plus particulièrement des personnes avec un épaississement de la peau (hyperkératose), susceptible d’être d’origine mycosique qui ainsi augmentent, d’une part, le risque de contamination de l’eau et qui présentent, d’autre part, une sensibilité accrue aux infections. L’Anses juge «qu’en raison de la présence des poissons, il est impossible de maintenir une eau désinfectante dans les bacs utilisés pour la fish pédicure car cela les tuerait».
Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire