mercredi 11 novembre 2015

Remise des insignes de Chevalier de l’Ordre National de la Légion d’Honneur à Mme KIM Sathavy, juge à la Cour Suprême du Cambodge

Le 10 novembre 2015, M. Jean-Claude POIMBOEUF, Ambassadeur de France au Cambodge, a remis les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à Mme KIM Sathavy, juge à la Cour Suprême du Cambodge. La cérémonie s’est déroulée à l’Ambassade de France en présence de personnalités cambodgiennes comme S.E. Mme PHOEURNG Sackona, Ministre de la Culture et des Beaux-Arts, des collègues de Mme KIM Sathavy à la Cour Suprême et de sa famille.

Mme KIM Sathavy et M. Jean-Claude POIMBOEUF
Mme KIM Sathavy et M. Jean-Claude POIMBOEUF
A cette occasion, l’Ambassadeur a retracé le remarquable parcours de Mme KIM Sathavy, tout entier axé autour du droit et de la justice, puisqu’après des études interrompues brutalement par la prise du pouvoir par les Khmers rouges, Mme KIM reprendra des études qui la mèneront jusqu’en France et à sa prestigieuse Ecole Nationale de la Magistrature. Sa carrière de magistrate, débutée au sein du Tribunal provincial de Siem Reap, la conduira aux plus hautes responsabilités en devenant il y a presque 10 ans, la première femme juge à la Cour Suprême du Cambodge. 

Mme KIM Sathavy et M. Jean-Claude POIMBOEUF
Mme KIM Sathavy et M. Jean-Claude POIMBOEUF
Mme KIM Sathavy a par ailleurs activement contribué au renforcement des ressources humaines du système judiciaire, en participant à la création, puis en dirigeant pendant quatre années, l’Ecole Royale de la Magistrature du Cambodge. Tout au long de son parcours, elle s’est également efforcée de promouvoir la place des femmes dans le pays et dans sa justice.  Interlocutrice de grande qualité pour l’Ambassade de France, ayant accompagné les efforts conjoints du Ministère de la Justice et des pénalistes français dans la rédaction du code pénal cambodgien, Mme KIM Sathavy a joué un rôle clé dans la promotion au Cambodge de la tradition juridique civiliste héritée de la France. 



Sa nomination au sein de l’ordre de la Légion d’honneur constitue donc un témoignage de reconnaissance de la France en même temps qu’un hommage à une juriste et à une femme aux qualités morales et intellectuelles extraordinaires et dont l’action et l’engagement furent essentiels dans la reconstruction du Cambodge et de son système judiciaire.

L’Ordre National de la Légion d’Honneur est la plus haute distinction honorifique française, créée par Napoléon Bonaparte en 1802.
Pays/territoire : Phnom Penh, Cambodia
Enregistrer un commentaire