mardi 10 novembre 2015

Victoire écrasante pour le parti d’opposition aux élections en Birmanie

Le parti de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi a remporté une victoire historique aux élections législatives. Le chef du parti au pouvoir, Htay Oo, a déjà reconnu sa défaite. Des élections historiques ont eu lieu dimanche en Birmanie: l'opposition y a pris part pour la première fois depuis 53 ans. Elle a obtenu plus de 70% des sièges au parlement selon les premières estimations.

Aung San Suu Kyi. Reuters Catahl Mac Naughton (c)
Aung San Suu Kyi. Reuters Catahl Mac Naughton (c)
"Nous gagnons avec plus de 70% des sièges à travers le pays", a déclaré Win Htein, porte-parole de son parti, la Ligne nationale pour la démocratie (LND), conduite par Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix et icône de la démocratie. Ce pourcentage leur permettrait d'avoir la majorité absolue au parlement malgré la présence d'un quart de députés militaires opposés à la LND, précise l'AFP.L'enjeu de ces élections est historique et l'arrivée d'Aung San Suu Kyi au pouvoir ouvrirait une nouvelle ère pour le pays après des décennies de junte militaire. Malgré l'autodissolution formelle de celle-ci en 2011, d'anciens généraux sont toujours au pouvoir. Âgée de 70 ans, Aung San Suu Kyi, fille du général Aung San, héros de l'indépendance birmane, a passé 15 ans en résidence surveillée et incarne les espoirs démocratiques de son pays depuis près de 30 ans. La LND doit remporter quelque 330 sièges dans les deux chambres (soit 67% d'après ses propres calculs) pour avoir la majorité.
L'enjeu des législatives est l'élection par le Parlement du chef de l'Etat, qui devrait avoir lieu début 2016.

Si la LND obtient la majorité au sein des deux chambres, elle sera en position de choisir le prochain président. Aung San Suu Kyi ne peut occuper cette fonction, la Constitution birmane interdisant l'accès à la fonction suprême à quiconque a des enfants de nationalité étrangère, ce qui est son cas, précise l'AFP. Mais elle a déjà prévenu les représentants du système actuel, encore largement contrôlé par d'anciens militaires malgré les réformes menées depuis quatre ans, qu'elle serait "au-dessus du Président". Les militaires au pouvoir en Birmanie ont déclaré qu'ils reconnaîtraient les résultats des élections quels qu'ils soient. Le président par intérim du Parti de l'union solidaire et du développement (USDP), Htay Oo, a déjà reconnu sa défaite.
Avec l'aimable autorisation de Sputnik
Pays/territoire : Myanmar (Burma)
Enregistrer un commentaire